Depuis la division interne de 2007, les territoires palestiniens occupés ont été gouvernés par les forces de sécurité du Fatah en Cisjordanie et par le Hamas dans la bande de Gaza. Ce rapport, qui couvre l'année 2015, révèle que ces deux forces se sont rendues coupables de violation des libertés civiles de nos propres citoyens, comprenant des ordres d’assignation et des détentions arbitraires basés uniquement sur des affiliations politiques cibles, sur une participation pacifique à des manifestations et sur des opinions dissidentes. Les personnes appartenant au Hamas ou au Fatah qui ont exprimé publiquement leur opposition à l'autre parti ont été prises pour cible, aiguisant la division politique et érodant le tissu social.

Statistiquement, les violations commises par l'Autorité palestinienne du Fatah en Cisjordanie, ont de loin surpassé celles commises par le Hamas dans la bande de Gaza à la fois durant l’année 2015 et au cours des années précédentes. Néanmoins, les arrestations arbitraires et les ordonnances de comparution (citations à comparaître) ont été commises par les deux partis dans les deux zones, ainsi que des délits connexes tels que des agressions et -dans certains cas- la torture de manifestants, d’organisateurs et de journalistes pacifiques.

Sont documentées dans ce rapport 1 274 détentions arbitraires et 1 089 citations à comparaître en Cisjordanie, et respectivement 117 et 98 dans la bande de Gaza. Des actes de torture, comprenant des agressions physiques et verbales, ainsi que des traitements humiliants, ont été commis par les deux partis.

Il est répréhensible que chaque parti au pouvoir rejette et réprime souvent toute critique de son comportement. Etonnamment, la critique est étiquetée comme aggravant la division palestinienne, mais les violations elles-mêmes ne sont pas considérées comme destructrices.

Les Palestiniens souffrent depuis longtemps d’asphyxie par les deux gouvernements d'Israël et de l'Egypte. Ces actes commis par leurs propres gouvernements représentent en effet une «double asphyxie» -étranglement par tous les côtés, y compris par les partis qui devraient être leurs champions. Nous appelons les Palestiniens aux postes de pouvoir à mettre un terme immédiat et absolu à la répression et aux violations des droits de l'Homme.

La Palestine est désormais membre de plusieurs conventions des droits de l'Homme, la plus importante de celles-ci étant le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Et pourtant, nous documentons dans le présent rapport de nombreuses violations de leurs mandats. En allant de l’avant, notre objectif est de tenir informés les rapporteurs spéciaux de l'ONU de ces violations, de sorte qu'ils puissent travailler avec nous et avec d’autres pour veiller à ce que ces violations ne se reproduisent pas, que les auteurs soient tenus responsables et que justice soit rendue.

 

Cliquez ici pour lire le rapport complet en anglais