L'Observatoire Euro-Méditerranéen pour Droits de l'Homme

Défendre la liberté dans toute la région MENA

La démission de la secrétaire exécutive du CESAO, une perte effroyable et un coup dur pour la justice internationale

publié le : 2017-03-17
Communiqués de Presse   \   Le traitement des civils pendant les conflitsarmés
Territoires Palestiniens,

La démission de la secrétaire exécutive du CESAO, une perte effroyable et un coup dur pour la justice internationale

Genève – L'Observatoire Euro-Méditerranéen pour les droits de l'Homme a tenu compte de la position solide de la secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale pour l’Asie occidentale (CESAO), Rima Khalaf, exprimant le regret à sa démission et considérant que les organisations des Nations unies ont perdu l'une des plus éminentes défenseuses des libertés et des droits de l'Homme.

 

   Toutes les directions ayant critiqué le rapport n'ont pas pu défaire son contenu, en revanche ils l'ont toutes mis en pression afin de le désavouer au lieu de traiter son contenu et d'arranger la situation humanitaire qui se détériore suite au mauvais traitement israélien des Palestiniens   

Ramy Abdu, président d'Euro-Med

La démission de Khalaf a été annoncé après le rejet d'un rapport condamnant les pratiques d'Israël contre le peuple palestinien et la question de l'apartheid.

Euro-Med a exprimé son profond regret suite à la demande du secrétariat général de l'organisation des Nations Unies de retirer le rapport et de modifier de son contenu, bien qu'il soit préparé de manière scientifique et professionnelle. Appelant la communauté internationale à soutenir l'organisation des Nations Unies exposée à de larges pressions, qui ont conduit à la démission de l'une ses plus remarquables personnalités indépendantes.

"La réaction de khalaf reflète son adhérence à ses principes, même au détriment de son travail, le monde devrait l'honorer d'avoir fourni un rapport transparent reflétant la vérité" a dit Ramy Abdu, président de l'Observatoire Euro-Méditerranéen pour les droits de l'Homme. Il a ajouté :"Toutes les directions ayant critiqué le rapport n'ont pas pu défaire son contenu, en revanche ils l'ont toutes mis en pression afin de le désavouer au lieu de traiter son contenu et d'arranger la situation humanitaire qui se détériore suite au mauvais traitement israélien des Palestiniens".

Abdu a pareillement félicité la proposition de Khalaf qui suggère à Ligue arabe d'adopter le même rapport comme documents de référence, au cours du sommet arabe qui se tiendra à Amman, en Jordanie.

Euro-Med avait salué le rapport, qui a été réalisé par le président du conseil d'administration d'Euro-Med "Richard Falk," et le professeur des sciences politiques, "Virginia Tilley", évalué comme le premier rapport de l'ONU révélant les violations et l'application du système d’apartheid contre le peuple palestinien.

Le rapport avait été prouvé sur la base de la réalisation des preuves scientifiques démontrant que les autorités israéliennes sont coupables de crime d'apartheid. notant que " seul le verdict du tribunal international pourra rendre cette évaluation fiable".

Le rapport a souligné qu'Israël poursuit une «ingénierie démographique» afin de maintenir Israël comme un état juif, à travers l'application de la loi du retour accordant aux Juifs, quel que soit leur pays d'origine, le droit de naturalisation.

le rapport a aussi expliqué que la loi israélienne permet aux couples Israéliens de se déplacer vers Israël, excluant les Palestiniens des territoires occupés de cette procédure. Signalant que depuis 1967 les Palestiniens subissaient à l'oppression raciste sous le régime de l'apartheid et qu'ils sont soumis à une "fragmentation stratégique" permettant à Israël d'imposer l'apartheid, en les divisant en quatre groupes soumis à la répression à cause des "lois, politiques et pratiques discriminatoires".