C'est important de continuer la lutte, en dépit des déceptions, en gardant une foi infaillible en une victoire de la justice Richard Falk | Président du conseil d’administration

Euro-Med Monitor in Egypte

Après le coup d'État militaire de 2013 en Égypte, les autorités ont arrêté des journalistes ainsi que des défenseurs des droits de l'homme, violant le droit à la liberté d'expression et de réunion. Les interdictions de voyager et le gel des avoirs ont également été prononcés contre des organisations de défense des droits de l'homme. Des centaines de civils, de journalistes et de militants ont été victimes de disparitions forcées et de détentions arbitraires. Les conditions dans les prisons et les centres de détention demeuraient graves, où les détenus souffrent de pratiques abusives sans obligation de rendre des comptes, telles que les coups, les gavages, la privation de visites familiales, de contacts avec leurs avocats, et les exécutions.