Genève - L'Observatoire Euro-Méditerranéen pour les droits de l'Homme condamne l'attaque de la garde côtière libyenne contre les immigrants sauvés de la noyade  au large des côtes de la ville Sberatha en Libye. Cet incident documenté à l’aide d'une vidéo montre que la garde côtière libyenne a arrêté un groupe d'immigrants qui se trouvaient au bord d'un canot en utilisant de la force brutale, tels que les coups, les humiliations et les mauvais traitements.

   Cet incident documenté à l’aide d'une vidéo montre que la garde côtière libyenne a arrêté un groupe d'immigrants qui se trouvaient au bord d'un canot en utilisant de la force brutale, tels que les coups, les humiliations et les mauvais traitements.   

L'Observatoire Euro-Méditerranéen condamne cet incident, et appelle l'Union européenne à exercer une pression sur la garde côtière libyenne au but de la cohérence avec les droits des migrants et des demandeurs d'asile, et afin d'arrêter les violations contre eux, particulièrement après le récent accord de l'UE avec la Libye en ce qui concerne la formation des éléments de la garde côtière libyenne pour intercepter les trafiquants de migrants au large des côtes de la Libye.

Une fois de plus, l'Observatoire Euro-Méditerranéen affirme la nécessité de prendre des mesures concrètes pour mettre fin à la tragédie du passage des migrants et des demandeurs d'asile à travers la Méditerranée dans des conditions inhumaines, et d'agir pour sauver la vie des migrants et de mettre leurs intérêts au-dessus de toute autre considération. Au lieu de les insulter et de les traiter d'une manière non justifiés.

Euro-Med a également appelé à autoriser l'immigration légale et la demande d'asile depuis les pays du départ.

Beaucoup de ces migrants fuient la mort et cherchent à vivre une vie normale, c'est pour cette raison que les autorités doivent leur accorder d'une protection spéciale à ceux qui le méritent au lieu les exclurent.

En Juillet 2016, L'organisation "Human Rights Watch" a documenté les abus et les violations physique et verbale de la garde côtière libyenne contre les migrants interceptées.

Il est à noter qu'au cours de l'an 2016, plus de 4578 migrants  ont trouvé la mort en traversant la Méditerranée de la Libye vers l’Italie, après l'accord Euro-Turc et  la fermeture de la route des Balkans.

Selon un rapport publié par les Nations unies en mi-décembre dernier, L'effondrement du système de justice en Libye a conduit à un état d'impunité qui expose les migrants aux violations des droits de l'homme. Le représentant spécial du secrétaire général en Libye, "Martin Kobler", a dit " les gens victimes du trafic et les immigrants clandestins en Libye sont Soumis aux tortures, au travail forcé et à l'exploitation sexuelle au long du chemin et pendant la détention arbitraire de la plupart d'entre eux".