L'Observatoire Euro-Méditerranéen pour Droits de l'Homme

Défendre la liberté dans toute la région MENA

L'Arabie saoudite impose des frais pour les nouveaux arrivés, sans tenir compte des conditions des Syriens et des Yéménites

publié le : 2017-07-04
  \   Communiqués de Presse
Arabie Saoudite,

L'Arabie saoudite impose des frais pour les nouveaux arrivés, sans tenir compte des conditions des Syriens et des Yéménites

Genève - L'Observatoire Euro-Méditerranéen pour les Droits de l’Homme a critiqué la décision du Ministère des Finances saoudien, imposant des frais financiers pour les résidents et leurs compagnons et les visiteurs du Royaume, notant que la décision affecte considérablement les réfugiés arabes qui ont fui vers l'Arabie Saoudite pour échapper aux ravages de la guerre dans leur pays.

   La loi saoudienne ne tient pas compte de la définition internationale des lois spéciales des réfugiés et de leurs traitements,    

Dans un communiqué de presse, Euro-Med a déclaré que la décision saoudienne, qui a été entré en vigueur depuis le premier jour du mois Juillet, porte atteinte aux droits des réfugiés syriens et yéménites résidents en Arabie saoudite et augmente l'impact négatif sur leurs conditions de vie pénibles.

L'Observatoire des Droits de l'Homme a expliqué que cette résolution a été publiée sous une formule générale qui n'exclut aucune catégorie, telle que celles qui ont été contraintes d'entrée en Arabie Saoudite, après les événements sanglants dans leur pays qui les empêchent de retourner chez eux jusqu'à présent.

Euro-Med a souligné que le Royaume d'Arabie Saoudite doit prendre en compte les conditions humanitaires et de vie des nouveaux arrivés au royaume, notamment les Syriens et les Yéménites d'autant plus qu'ils sont entrés dans le royaume à la recherche de leur sécurité et celle de leurs enfants, considérant que leur inclusion dans de telles décisions constitue un obstacle important pour eux de continuer leur vie dans le royaume. Il a également souligné que l'imposition de telles décisions, qui incluent implicitement les réfugiés syriens et yéménites résidant dans le Royaume, constitue un nouveau défi qui augmente considérablement leurs souffrances surtout qu'ils vivent une situation humanitaire difficile.

Il est à noter que la loi saoudienne ne fait aucune distinction entre les nouveaux arrivés résidants dans le royaume et les réfugiés fuyant la guerre dans leur pays, de sorte que le terme " nouveaux arrivés " est lancé aussi sur les réfugiés, ce qui les intègre implicitement dans les lois relatives aux traitements des nouveaux arrivés.

Euro-Med a marqué que la loi saoudienne ne tient pas compte de la définition internationale des lois spéciales des réfugiés et de leurs traitements, ce qui pourrait entraîner la perte de leurs droits stipulés par les conventions internationales. Les personnes déplacées à cause de la guerre et qui n'ont plus de moyens de subsistance, ne peuvent jamais être égaux à ceux qui viennent à ce pays pour le tourisme, le travail ou même pour les études et qui tombent sous le nom des expatriés.

Face à cela, l'Observatoire Euro-Méditerranéen pour les Droits de l’Homme a appelé les autorités saoudiennes à respecter les Conventions Internationales concernant les droits des réfugiés et le Pacte International relatif aux droits civils et politiques, qui nécessite aux pays qui accueillent les réfugiés de leur accorder une vie digne, en plus de leur faciliter les conditions de vie assurant la continuité d'une vie presque normale jusqu'à ce qu'ils retournent dans leur pays d'origine.