L'Observatoire Euro-Méditerranéen pour Droits de l'Homme

Défendre la liberté dans toute la région MENA

Euro-Med dénonce la fermeture d'Israël d'Al jazeera et revendique de stopper la campagne ciblant la liberté de la presse

publié le : 2017-08-06
Communiqués de Presse   \   Liberté d'expression
Territoires Palestiniens,

Euro-Med dénonce la fermeture d'Israël d'Al jazeera et revendique de stopper la campagne ciblant la liberté de la presse

Genève - L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a dénoncé la décision des autorités Israéliennes de fermer les bureaux d'Al-Jazeera et l'annulation des accréditations de ses journalistes, considérant ces étapescomme une escalade importante des violations israéliennes contre les institutions médiatiques.

 

   L'exploitation de la loi dans la suppression et la lutte contre la liberté des médias fondée sur des acsatiocuns politisées est une procédure sérieuse qui représente un coup dur pour les médias libres   

Dans un communiqué de presse, Euro-Med a déclaré que la nouvelle décision israélienne montre que les Palestiniens ne sont pas seuls à affronter les attaques racistes israéliennes commises contre les personnes et leurs institutions.

L'observatoire a souligné que ces politiques réaffirment qu'Israël, qui prétend être un État démocratique dans la région, est un partenaire actif des pays répressifs au Moyen-Orient dans la lutte contre les libertés et les outils légitimes de l'opinion publique.

Le ministre israélien des communications Ayoub Quarra a annoncé qu'Israël a décidé l'annulation des accréditations des journalistes d'Al-Jazeera, la fermeture son bureau à Jérusalem occupée et le retrait des stations de diffusion qatarie du satellite.

Quarra a accusé la chaine de soutenir le terrorisme en disant que les autorités de diffusion ont accepté la proposition d'arrêter les chaînes arabe et anglaise de la station, et il a ajouté que la fermeture du bureau de la station nécessiterait de nouvelles législations.

La décision est venue suite à la revendication du bureau du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, à Quarra d'entamer la préparation d'un projet de loi visant à la fermeture des bureaux d'Al-Jazeera sous accusation d'avoir pratiqué un rôle d'incitation lors des événements récents à la mosquée Al-Aqsa.

« L'exploitation de la loi dans la suppression et la lutte contre la liberté des médias fondée sur des acsatiocuns politisées est une procédure sérieuse qui représente un coup dur pour les médias libres dans un état poursuivant une politique d'attaque contre les libertés et les travailleurs dans les médias, ce qui exige la nécessité de fournir une protection de toute ingérence politique pour les médias.» a révélé le chercheur d'Euro-Med, Yahya Ashraf.

Le chercheur d'Euro-Med a souligné que durant la période récente et précisément depuis le début de la crise du Golfe et l'imposition du blocus continue contre le Qatar, en Juin dernier, Al-Jazeera avait été victime d'une campagne massive de restrictions en fermant ses bureaux et en expulsant ses personnels dans les pays participant au siège du Qatar, marquant que ces pays ont incorporé la demande de fermer les bureaux Al-Jazeera parmi leurs demandes à entamer un dialogue politique avec Doha.

Il a également déclaré que les récentes mesures israéliennes contre Al-Jazeera sont similaires à celles des états de blocus contre la station, l'accusant à leur tour de jouer un rôle inflammatoire encourageant le terrorisme et l'extrémisme.

A cet égard, il est à noter qu'Israël a commis pendant ces derniers mois une série de violations contre les médias palestiniens, tels que la confiscation des contenus des médias du bureau de la chaîne satellitaire AlQods en Cisjordanie, la détention des journalistes palestiniens en plus des agressions qui les empêchent d'exercer librement leur travail.

Par conséquent, Euro-Med a appelé à l'intervention de la communauté internationale pour contraindre Israël à respecter la liberté d'expression garantie par le Pacte international relatif aux libertés civiles et politiques et à arrêter la politique visant à fermer les institutions médiatiques.

Euro-Med a aussi appelé à culpabiliser les responsables politiques du gouvernement israélien au sujet du discours de haine et d'incitation contre le personnel des médias étrangers et les institutions médiatiques, et à la nécessité de trouver des mécanismes de protection efficaces afin de protéger les médias de toute ingérence politique.

L'Observatoire Euro-Méditerranéen a souligné que le droit international et les chartes des Nations Unies et les pays démocratiques dans le monde entier témoignent que le droit d'opinion et d'expression et la liberté donnée aux médias pour exercer leur travail constitue une pierre angulaire de tous les droits accordés à l'homme dans les chartes et conventions internationales.