Genève- L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a appelé à mener une enquête urgente sur les incidents commis par le groupe Houthi et les milices armées du président Saleh, contre des dizaines de civils non armés, dans la ville de Taïz au sud du Yémen. Soulignant que ces forces ne respectent pas le principe de distinction entre civils et combattants, en plus d'avoir ciblé par des missiles de nombreux objets civils, y compris des quartiers résidentiels surpeuplés, ce qui constitue un crime de guerre selon le système de la Cour pénale internationale.

   Des témoins ont confirmé que les obus, qui semblaient être aléatoire, ont visé les civils dans leurs maisons et des marchés encombrés de citoyens   

Euro-Med a révélé, selon des témoins oculaires, que deux roquettes ont ciblé un rassemblement de citoyens près d'un club dans le quartier densément peuplé de Bir Pasha, tuant 4 civils et blessant près de 8 autres personnes, d'après un péage initial des sources locales yéménites.

Des témoins ont confirmé que les obus, qui semblaient être aléatoire, ont visé les civils dans leurs maisons et des marchés encombrés de citoyens.

L'Observatoire a souligné que la ville de Taïz, au sud du Yémen, a été soumise, au cours des derniers jours, à des bombardements systématiques aléatoires ciblant les civils de manière délibérée, en plus du siège constant imposé sur la ville par les forces "Houthi" et par les milices armées du président Saleh Saleh.

Euro-Med a prévenu que le ciblage délibéré des civils constitue une violation du droit international. ou l'Article 8- I stipule que:" Le fait de lancer des attaques délibérées contre la population civile en général ou contre des civils qui ne prennent pas directement part aux hostilités".

À la fin de son communique, l'Observatoire Euro-Méditerranéen a demandé à la communauté internationale et au Conseil de sécurité d'arrêter d'urgence les violations persistantes des droits de l'homme au Yémen, en mettant fin au conflit armé et en demandant de prendre des mesures efficaces pour arrêter l'impunité des criminels de guerre et les amener en justice.