Genève - L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme est gravement préoccupé par les violations de la liberté d'expression en Cisjordanie, pratiqué par l'Autorité palestinienne, représentées par la récente arrestation du défenseur des droits de l'homme Issa Amro, coordinateur du Mouvement des jeunes à Hébron, sous accusation de sa critique de l'AP publiée sur Facebook.

 

   L'arrestation par les forces de sécurité de Palestiniens en Cisjordanie contrevient aux accords et aux lois signés par l'AP lui-même   

Sandra Owen, porte-parole d'Euro-Med

Euro-Med a noté que l'arrestation d'Amro, par l'Autorité palestinienne, a été sur la base de sa critique de l'arrestation d'Ayman Alqawasmi, le responsable de la station de radio Minbar Alhuryia, qui a été arrêté par Israël, et le silence de l'Autorité palestinienne sur l'arrêt de la station de radio locale.

"L'arrestation par les forces de sécurité de Palestiniens en Cisjordanie contrevient aux accords et aux lois signés par l'AP lui-même", a déclaré Sandra Owen, porte-parole d'Euro-Med. "De tels actes visent à faire taire les critiques et à cibler le droit des Palestiniens à la liberté d'expression dans une tentative de répandre la peur parmi eux".

Amro a affirmé avant d'aller rencontrer les forces de sécurité de l'Autorité palestinienne que son message Facebook est conforme à la liberté d'expression et à la loi fondamentale palestinienne et qu'il continuera à défendre les journalistes en Palestine.

Euro-Med a demandé à l'Autorité palestinienne d'arrêter la politique de convocations et d'arrestations des journalistes palestiniens, affirmant que l'AP continue d'arrêter les Palestiniens qui expriment leurs opinions sans porter de charges spécifiques contre eux, ce qui viole les accords internationaux garantissant le droit à la liberté d'expression.

Euro-Med a appelé l'Autorité palestinienne de libérer Issa Amro et Ayman Alqawasmi, et de porter les responsables des tortures et des arrestations dans les prisons de l'AP en justice.

Il est notable que les forces de sécurité de l'AP avaient arrêté, le 27 août 2017,  l'activiste des droits de l'homme Bara'a Alamer du campus de l'Université nationale d'Al Najah sans aucune justification légale, signalant que Bara'a est un stagiaire à l'Euro-Med, et qu'il a été frappé à coups de bâton sur tout le corps lors de son arrestation.