L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a déclaré qu'il était profondément préoccupé par le décès de deux détenus dans les prisons affiliées au ministère de l'Intérieur dans la bande de Gaza, aussi bien que l'existence d'un troisième détenu en cas de décès clinique, dans un délai d'un mois seulement.

 

   Il existe de sérieux doutes sur les circonstances qui ont conduit à la mort des détenus   

 

Lors d'un communiqué de presse, Euro-Med a appelé le procureur général dans la bande de Gaza à déployer les résultats des enquêtes en public, après avoir annoncé l'ouverture d'une enquête sur les décès, et de veiller à ce que les personnes reconnues coupables de violation de la loi soient traduites en justice.

Euro-Med a expliqué qu'il existe de sérieux doutes sur les circonstances qui ont conduit à la mort des détenus, où l'Observatoire a révélé que les familles des détenus disaient qu'ils ont été battus et torturés, et qu'ils avaient des effets des ecchymoses sur leur corps, ce qui exige une enquête et une diffusion des causes réelles du décès, en plus de culpabiliser les responsables de ces cas.

L'équipe d'Euro-Med dans les territoires palestiniens a documenté le décès de deux détenus dans les prisons de Gaza sur la base des affaires pénales. Le plus récent était le décès d'Ahmed Al-Fayoumi, un résident de 30 ans du quartier Al- Shujaiya, dans le poste de police de Shujaiya à Gaza, le dimanche 24 septembre.

Alors que sa famille a dit, dans une conversation téléphonique avec Euro-Med, que leur fils a été torturé et battu durant les sept mois d'emprisonnement, a également été victime d'une négligence médicale, surtout lorsque sa santé s'est détériorée dans ses derniers jours. Cependant un porte-parole de la police de Gaza a déclaré, dans un bref communiqué de presse, que le détenu est mort d'une crise cardiaque et était naturellement présent dans la direction.

Dans le même contexte, Euro-Med a documenté l'incident de la mort du détenu Khalil Harb, 19 ans, en date du 19/09/2017. Le procureur a déclaré que Harb est tombé de la fenêtre de la salle d'interrogatoire au quatrième étage de l'immeuble des poursuites pénales à Gaza, là où il a essayé de s'enfuir et de sauter par la fenêtre, quant aux médias locaux, ils ont déclaré que Harb s'est suicidé, alors que sa famille a expliqué que leur fils a été tué suite aux tortures en prison, et que la diffusion des informations à ce sujet est sans fondement.

L'Observatoire a exprimé son inquiétude quant au fait que la mort du jeune homme "Harb" ou même son suicide était pour échapper aux traitements cruels et dégradants pendant sa détention, appelant le procureur général, qui a déclaré avoir ouvert une enquête sur l'incident, de dévoiler les causes, les antécédents et la vérité qui a conduit à sa mort, en plus d'enquêter sur l'absence de procédures de sécurité et de la protection des détenus.

   Les autorités de la bande de Gaza doivent se conformer à une enquête impartiale et doivent informer les organisations de défense des droits de l'homme des détails et des résultats de cette enquête   

Sandra Owen, la porte-parole d’Euro-Med

 

Le samedi 2 septembre, dans un centre de détention de la police de Beth Lahiya dans le nord de la bande de Gaza, Mustafa Salman, de 16 ans, détenu dans une prison pour adultes en violation de la loi. D'après le directeur du centre  Mustafa s'est pendu en déchirant ses vêtements et en s'accrochant à la fenêtre des toilettes, pour être transféré ensuite à l'hôpital dans un cas de décès clinique après plusieurs tentatives de respiration artificielle du gardien du centre.

Euro-Med a déclaré que les effets des plaies et des ecchymoses apparurent sur le corps de l'enfant, ce qui veut-dire qu'il a été exposé à la pression psychologique et aux coups, ce qui est une forme de torture, de préjudice, abus et de violence, dont l'article 19/1 de la convention relative aux droits de l'enfant a recommandé de prévenir et de criminaliser les auteurs .

L'Observatoire a exprimé sa préoccupation concernant la situation dans les prisons et les centres de détention de la bande de Gaza en général, en soulignant le rapport élargi publié l'année dernière sur les arrestations arbitraires et la torture pratiquées dans les prisons des services de sécurité palestiniens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, dans lequel il a mentionné des dizaines de témoignages sur les cas de torture pratiquée dans les prisons. Euro-Med a aussi appelé à la nécessité de respecter les détenus et de préserver leur dignité humaine, d'assurer une prise en charge sanitaire et psychologique adéquate, d'arrêter la torture sous toutes ses formes et de traduire en justice les responsables de ces actes.

Sandra Owen, la porte-parole de l'Observatoire Euro-Méditerranéen, a souligné que les autorités de la bande de Gaza doivent se conformer à une enquête impartiale et doivent informer la communauté locale et les organisations de défense des droits de l'homme des détails et des résultats de cette enquête, tout en travaillant pour protéger le droit des détenus à la vie et à l'intégrité physique, garantis par des chartes et des traités internationaux. Owen a également averti que les pratiques des services de sécurité dans les prisons poussent les citoyens arrêtés au suicide.

Owen a souligné que le droit à la vie est un droit inhérent à tout être humain. La loi doit protéger ce droit, et que  personne ne devrait être soumis à la torture ni à des traitements cruels ou dégradants, quel que soit le contexte de son arrestation et de sa détention, appelant à l'amélioration du système de sécurité en général, à l'augmentation du niveau de sensibilisation et à la mise en œuvre effective des droits de l'homme dans leurs couloirs.