L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a appelé les autorités du Qatar à mener de nouvelles réformes et révisions à la législation légale régissant le droit des travailleurs étrangers au Qatar et garantissant leurs droits. En faisant l'éloge des progrès réalisés dans certains domaines de la législation et des procédures pour les travailleurs migrants au Qatar, Euro-Med a souligné que ces changements ne sont toujours pas suffisants et que d'autres ajustements doivent être faits pour respecter les droits de l'homme, notamment les droits du travail.

   Le travailleur ne peut pas changer de travail sans le consentement de l'employeur   

L'Observatoire a noté plusieurs violations de la loi régissant les travailleurs étrangers au Qatar, exercés par les employeurs et les sociétés qatariennes, qui ont obligé certains travailleurs à travailler sous le soleil d'une manière qui menace leur vie en plus de leur travail pendant de longues heures.

Euro-Med a aussi appelé les autorités qatariennes à fournir les garanties nécessaires pour mettre en œuvre la législation modifiée sur le terrain et à obliger les employeurs et les entreprises à les mettre en œuvre et à imposer des sanctions aux contrevenants.

Euro-Med a exigé le Haut Comité pour les projets et le patrimoine, qui est un comité chargé de superviser la mise en œuvre des normes de protection sociale des travailleurs et d'assurer leur santé et leur sécurité dans les projets sous sa supervision, de prendre d'autres mesures plus pratiques pour assurer les droits de ces travailleurs, y compris la sécurité personnelle, tout en interdisant tout ce qui mène au travail forcé.

Euro-Med a expliqué, dans un communiqué de presse, que des réformes ont eu lieu dans les lois et règlements régissant l'emploi des étrangers, mais des problèmes de droit de l'homme existent toujours, surtout que le déplacement d'un travailleur étranger est toujours soumis au consentement de l'employeur dans la plupart des cas. Cet employeur peut conserver le passeport du travailleur étranger après avoir obtenu son consentement, ce qui ouvre la voie à l'exploitation et au contrôle du travailleur qui se conforme souvent au désir de l'employeur de prendre son passeport.

Le travailleur ne peut pas changer de travail sans le consentement de l'employeur, notant que cette interdiction s'applique jusqu'à cinq ans au terme du contrat de travail. 

   Les autorités qatariennes doivent fournir les garanties nécessaires pour mettre en œuvre la législation modifiée sur le terrain et à obliger les employeurs à les mettre en œuvre et à imposer des sanctions aux contrevenants.   

Euro-Med a appelé à la nécessité de s'employer à fournir tous les moyens juridiques et procéduraux nécessaires pour fournir des garanties de sécurité et de sécurité pour la vie des travailleurs à risque, en raison de leur travail dans la chaleur et l'humidité, soulignant que ces actions assureront la continuité du travail dans un environnement favorable.

L'Observatoire exige aux autorités qatariennes des réformes et des révisions de leur législation juridique régissant la main-d'œuvre étrangère, surtout à la lumière du nombre croissant des travailleurs étrangers estimé de 1,7 million de personnes, afin de garantir que cette catégorie obtient ses droits, en particulier dans les lieux de travail.

Euro-Med a également souligné la nécessité de prendre des mesures sérieuses sur la mort des travailleurs expatriés au cours des dernières années et de tirer parti des résultats des comités d'enquête, soulignant la nécessité pour les autorités qatariennes d'élaborer une législation nationale garantissant les droits des travailleurs expatriés, en se référant aux articles de la déclaration universelle des droits de l'homme et du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, et qui affirme le droit de tout le monde à se reposer dans une limitation raisonnable des heures de travail et des congés payés périodiques; en plus des dispositions de la convention de l'OIT et de la nécessité de fournir une protection efficace à tous les travailleurs tout en gagnant leur vie.