L'Observatoire Euro-Méditerranéen pour Droits de l'Homme

Défendre la liberté dans toute la région MENA

Danemark: la proposition visant à fermer les écoles musulmanes est une violation flagrante des règles de non-discrimination

publié le : 2017-10-02
Communiqués de Presse   \   Liberté d'expression
Europe,

Danemark: la proposition visant à fermer les écoles musulmanes est une violation flagrante des règles de non-discrimination

Genève- L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a averti  de la récente proposition de fermer toutes les écoles musulmanes au Danemark et de modifier la législation danoise pour empêcher l'ouverture de nouvelles écoles pour les musulmans à l'avenir, notant que ceci est un acte clairement discriminatoire à l'égard d'une minorité religieuse spécifique et peut alimenter le racisme islamophobe dans le pays.

   Il existe déjà une surveillance stricte sur les écoles musulmanes depuis le début de l'année. Il n'y a pas besoin de restrictions supplémentaires   

Ihsan Adel, conseiller juridique d'Euro-Med

 

La proposition négociée a appelé à retirer les fonds gouvernementaux de toutes les écoles qui détient une proportion d'étudiants de milieux étrangers de plus de 50%. Plus directement, cela signifie la fermeture des 26 écoles musulmanes du pays qui dépendent de fonds publics pour leurs opérations et qui couvrent 75% du budget, a indiqué Euro-Med.

Mette Frederiksen, chef du Parti social-démocrate, (le plus grand parti du parlement danois), a déclaré ouvertement que l'objectif de cette proposition était de fermer toutes les écoles musulmanes. En cas de l'échouement de cette proposition, les sociaux-démocrates, ainsi que d'autres parties, tenteront de trouver un autre moyen d'atteindre leur but.

"Passer une telle proposition constituera une violation des droits d'un groupe minoritaire au Danemark", a déclaré Ihsan Adel, conseiller juridique d'Euro-Med.

L'Observatoire basée à Genève considère également la proposition d'imposer des amendements à la loi danoise de l'indépendance comme une étape inutile. Euro-Med a prévenu que de telles restrictions pourraient faire l'objet d'une discrimination à l'égard de la minorité musulmane.

"Il existe déjà une surveillance stricte sur les écoles musulmanes depuis le début de l'année pour s'assurer qu'elles respectent les règles de la démocratie et de la liberté. Il n'y a pas besoin de restrictions supplémentaires." a ajouté le conseiller juridique d'Euro-Med.

Le 27 septembre 2017 et en raison de cette stricte surveillance, l'école musulman Nord-Vest a été la première école à être fermée après une décision de la haute cour de la priver de tout soutien public. La raison de sa fermeture a été attribuée à son manque de conformité aux règles des écoles indépendantes privées pour préparer les étudiants à la démocratie et à la liberté. "Un cas individuel ne devrait pas être utilisé comme prétexte pour la fermeture de toutes les écoles musulmanes, qui respectent les règles énoncées", a averti Adel.

Les nouveaux amendements, très convenus entre les partis politiques danois, imposeront des règles strictes pour donner l'autorisation d'ouvrir de nouvelles écoles indépendantes. Les écoles qui préfèrent les règles religieuses et laïques ne recevront pas d'autorisation, en plus de la possibilité de priver les écoles déjà établies des fonds gouvernementaux. De telles restrictions violent le droit des parents de décider de l'éducation de leurs enfants et du droit à la liberté de religion et de culture.

Le système démocratique danois, qui donnait aux parents, depuis plus d'un siècle et demi, le droit d'établir des écoles privées indépendantes, fait face aujourd'hui à un grand défi. Euro-Med invite instamment le Parlement danois à continuer à respecter les règles de sa constitution et celles de la convention européenne, signalant que le Danemark ne devrait pas adopter les amendements qui discriminent fortement une minorité religieuse particulière.