Genève- L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a déclaré avoir adressé une lettre urgente au Secrétaire général des Nations Unies pour les affaires humanitaires, au Commissaire général de l'UNRWA, ainsi qu'au Commissaire européen chargé de l'aide humanitaire et de la gestion des crises, afin de tenir une réunion internationale urgente pour discuter des moyens d'arrêter l'effondrement de tous les niveaux dans la bande de Gaza, signalant que la bande de Gaza fait face à une imminente catastrophe qui nécessite une intervention internationale urgente.  

   Le sévère blocus a affecté tous les aspects de la vie dans la bande de Gaza, qui abrite environ 2 millions Palestiniens, dont la plupart sont des réfugiés   

 

L'Observatoire International a noté dans sa lettre que la bande de Gaza avait atteint une situation de détresse sans précédent, suite au siège israélien curant les 11 dernières années, en plus de la fermeture quasi permanente des points de passage, ce qui fait de Gaza la plus grande prison à ciel ouvert au monde.

"Le sévère blocus a affecté tous les aspects de la vie dans la bande de Gaza, qui abrite environ 2 millions Palestiniens, dont la plupart sont des réfugiés, avertissant que les jeunes de Gaza ont perdu l'espoir en un avenir meilleur après de nombreuses années de chômage, où près de 60% d'entre eux sont devenus chômeurs", a déclaré Euro-Med.

Euro-Med a souligné que les coupures d'électricité continues, qui s'étendent à 20 heures par jour, ont conduit à la suspension dangereuse du système de la vie normal. Les patients dans les hôpitaux de Gaza restent à la merci des coupures de courant, et les nettoyeurs d'hôpitaux, qui n'ont pas reçu de salaire depuis quatre mois, ont récemment organisé une grève pour protester contre leurs conditions de vie. Les fonctionnaires ont également organisé des manifestations et des sit-in à cause des salaires impayés laissant leurs familles sans nourriture adéquate. 

Des milliers d'étudiants et de patients sont toujours bloqués à Gaza avec la fermeture continue des points de passage frontaliers de Gaza, que ce soient ceux d'Israël ou de l'Égypte, où des dizaines d'étudiants perdent leurs bourses obtenues à l'étranger, de nombreux patients perdent leur vie en attendant l'ouverture des passages, et des milliers de Gazaouis dans le monde ont été empêchés de partager les moments de joie ou de tristesse avec leur famille à Gaza, à cause de l'impossibilité de se rendre chez eux à mesure que les points de passage sont fermés. A ajouté Euro-Med.   

   Les coupures d'électricité continues, qui s'étendent à 20 heures par jour, ont conduit à la suspension dangereuse du système de la vie normal   

Selon Euro-Med, 97% de l'eau de Gaza est impropre à la consommation humaine et les réseaux d'égouts et d'eau sont menacés, avec le risque d'un effondrement majeur  à la lumière des coupures d'électricité continues. Les grandes quantités d'eaux usées non traitées sont pompées dans la mer, ce qui augmente la pollution et la propagation des maladies, aussi bien que la fermeture de la mer qui est le seul débouché pour les résidents de Gaza.

À la lumière de cette catastrophe humanitaire, Euro-Med a exigé dans sa lettre de travailler pour organiser un sommet urgent réunissant:  Mark Lokoc, le Secrétaire général des Nations Unies pour les affaires humanitaires, Pierre Krähenbühl, le Commissaire général de l'UNRWA, et Christos Stilianides, le Commissaire européen chargé de l'aide humanitaire et de la gestion des crises, pour discuter de différentes manières d'arrêter les souffrances des Palestiniens à Gaza et d'éviter une catastrophe imminente difficile à traiter dans un proche avenir.

En conclusion Euro-Med a fait référence à un rapport de l'ONU qui indiquait que Gaza ne serait pas un endroit viable d'ici 2020, ajoutant que la vérité amère est que Gaza est inhabitable aujourd'hui.