Genève - Les récents règlements adoptés par le gouvernement jordanien autorisant le mariage en Jordanie dès l'âge de 15 ans doivent être reconsidérés, prévient l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme, vu qu'ils enfreignent explicitement les dispositions de la loi jordanienne sur le statut personnel n ° 36 de 2010 et qu'ils mettent en danger la vie des filles sur le plan social et culturel. 

   La plupart des mariages de filles mineures en Jordanie ont eu un impact négatif sur les divers aspects de leur vie, en particulier en les privant d'accès à l'éducation   

En vertu de l'article (3) du Règlement n°1 de 2017 réduisant l'âge légal du mariage à 15 ans, le juge est autorisé à décider si le mariage des filles entre 15 et 18 ans serait dans leur meilleur intérêt pour faire enregistrer le contrat de mariage.

L'article 3 contredit l'alinéa (B) de l'article 10 de la loi sur le statut personnel qui exige l'approbation du juge en chef pour la décision du juge d'autoriser le mariage d'une mineure si cela est nécessaire et sert son intérêt supérieur.

L'article (3) du règlement a annulé l'approbation du juge en chef. Avec cet article supprimé, il n'y a aucun moyen strict de vérifier si le mariage est dans le meilleur intérêt de la fille. Aucun des 13 articles inclus dans le règlement ne prévoit la peine lorsqu'un juge ne respecte pas la loi.

Au cours des cinq dernières années, environ 51 000 mariages mineurs ont eu lieu, selon les rapports annuels publiés par le tribunal d'instance jordanien pour les années 2012-2016. Le nombre de mariages de filles mineures en 2012 était de 8 859 cas, alors qu'en 2016, ce nombre s'élevait à 10 907, indiquant une augmentation significative et dangereuse des mariages d'enfants au cours de la période couverte par le rapport.

La plupart des mariages de filles mineures en Jordanie ont eu un impact négatif sur les divers aspects de leur vie, en particulier en les privant d'accès à l'éducation. Selon une étude réalisée en 2017 par le Département des statistiques jordanien, il semble que le mariage précoce des filles affecte énormément leur capacité d'aller à l'école, avec 10 000 filles mineures risquant d'être privées d'éducation chaque année.

Par rapport aux femmes mariées à un âge avancé, les filles mineures risquent de souffrir de complications et de problèmes de santé et sont exposées à des risques mettant leur vie en danger pendant la grossesse et l'accouchement. Les statistiques du rapport de l'UNFPA sur l'état de la population mondiale montrent qu'environ 70 000 adolescentes meurent de complications pendant la grossesse et l'accouchement, alors qu'il y a environ 3,2 millions d'avortements à risque chez les adolescents chaque année.

Le taux de violence physique contre les femmes mineures âgées de 15 à 18 ans est en augmentation par rapport aux femmes plus âgées. En 2017, 12,9% des filles mineures ont été victimes de violences sexuelles de la part de leurs maris et 7,9% ont été victimes de violences physiques pendant la grossesse. 

   Compte tenu du manque de suivi ou de garanties par ces règlements pour les droits de ces filles, il est fort probable qu'elles seront la proie de pratiques illégales   

Tariq Abdel Razzaq, le conseiller juridique d'Euro-Med

"L'article 10 de la loi jordanienne sur le statut personnel doit déjà être modifié car il viole clairement les droits des filles mineures en ne limitant pas l'âge légal du mariage des filles à 18 ans, et autorise leur mariage à 15 ans sans l'approbation du juge en chef. " a déclaré le conseiller juridique d'Euro-Med, Tariq Abdel Razzaq, ajoutant que les règlements du gouvernement jordanien ne contribuent qu'à augmenter les violations contre les filles.

"Compte tenu du manque de suivi ou de garanties par ces règlements pour les droits de ces filles, il est fort probable qu'elles seront la proie de pratiques illégales," a ajouté Abdel Razzaq.

L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme appelle les autorités jordaniennes à revoir toutes les lois et règlements relatifs au mariage des enfants, à modifier l'article 10 de la loi sur le statut personnel et à préciser l'âge du mariage pour les filles à 18 ans et à supprimer toute exception connexe.

En outre, Euro-Med appelle les autorités jordaniennes à déployer les efforts nécessaires pour réduire le mariage des filles mineures en Jordanie, plutôt que de prendre des mesures pour encourager le phénomène.