Tunisie - Un nouvel atelier organisé par l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme sur les méthodes de documentation des cas de victimes de la torture marque une première étape avant la mise en œuvre du Projet national de documentation des cas de victimes de torture en Libye, sera lancé en Libye par le Centre international du droit humanitaire en partenariat avec Euro-Med. 

   Au cours des prochains mois, ces chercheurs travailleront sur la documentation de tous les cas de torture à toutes les parties au conflit en Libye au cours des sept dernières années   

La formation vise à fournir aux chercheurs, universitaires et procureurs en Libye les compétences nécessaires pour mener à bien une documentation complète des cas de torture et pour présenter les conventions les plus importantes et les lois internationales contre la torture. Les participants à l'atelier superviseront une équipe de 60 chercheurs de terrain répartis dans toute la Libye. Au cours des prochains mois, ces chercheurs travailleront sur la documentation de tous les cas de torture à toutes les parties au conflit en Libye au cours des sept dernières années (2011-2018).

Selon le professeur Saida Mbarek, membre de la Commission Nationale pour la Prévention de la Torture (ou l'Instance Nationale pour la Prévention de la Torture) et le principal formateur du projet, la formation de quatre jours vise à fournir aux participants une formation juridique , introduisant le sens du crime de torture en vertu du droit international humanitaire, du droit pénal international et des conventions relatives aux droits de l'homme contre la torture. L'atelier vise également à enseigner aux participants l'éthique du processus de documentation de la torture et le traitement des victimes.

Le Professeur Ali Gherab est membre de la Commission Vérité et Dignité (ou L'Instance Vérité & Dignité), un organisme officiel tunisien chargé de superviser le processus de justice transitionnelle en République Tunisienne. Le professeur Gherab offre un aperçu aux participants de la Libye en présentant l'expérience tunisienne dans la documentation des cas de victimes de la torture. L'expert en droits illustre en outre les obstacles les plus importants auxquels sont confrontés les chercheurs sur le terrain tout en documentant les crimes de torture et comment ils peuvent se comporter dans de telles situations.

Le projet national de documentation des cas de victimes de torture en Libye comportera également un site Web sur la documentation des cas de victimes de la torture. Le projet s'étendra sur les deux prochains mois, et ses résultats seront annoncés dans un rapport détaillé lors d'un séminaire spécial tenu au Palais des Nations à Genève en marge de la réunion des Etats membres.