Les territoires palestiniens - L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a envoyé aujourd'hui des lettres urgentes aux ambassadeurs de l'UE dans les territoires palestiniens, en leur soulignant les conséquences des décisions du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu visant à renforcer le blocus sur la bande de Gaza et à imposer plus de sanctions aux civils.
 

   Les mesures israéliennes vont miner l'économie de Gaza et arrêter les tentatives de la communauté internationale pour soutenir le secteur privé   

 

L'Observatoire a mis en garde contre les conséquences catastrophiques de la décision des autorités israéliennes de fermer le passage commercial de Kerem Shalom dans le sud-est de la bande de Gaza et de réduire la zone de pêche au large des côtes de Gaza à 6 milles, soulignant que l'imposition de telles restrictions à un moment où les habitants de Gaza souffrent d'une grave crise humanitaire entraînera une véritable catastrophe humanitaire.

"Les mesures israéliennes vont miner l'économie de Gaza et arrêter les tentatives de la communauté internationale pour soutenir le secteur privé" a déclaré Euro-Med, avertissant que des milliers de résidents de Gaza finiront au chômage en raison de l'arrêt des importations et des exportations à destination et en provenance de la bande de Gaza, alors que le taux de chômage à Gaza est le plus élevé, 4000 travaux économiques et industriels vont probablement se terminer, le nombre de ceux qui dépendent de l'aide humanitaire peut dépasser 90%, et les taux d'insécuritéalimentaire augmenteront sans précédent.

Alors qu'elle doit assumer la responsabilité de protéger les affaires de la population civile qui vivent sous occupation, Israël impose un siège suffocant à la bande de Gaza et exerce une forme de punition collective sans précédent.

Dans ses lettres, Euro-Med a expliqué aux ambassadeurs la catastrophe humanitaire que subissent près de deux millions de Gazaouis, soulignant que la fermeture de la seule frontière commerciale avec les territoires occupés détruirait la vie à Gaza et affecterait les infrastructures et tous les secteurs est devenu incapable de fournir aux patients de la bande de Gaza près de 60% des services médicaux de base.

Les autorités israéliennes n'imposent pas seulement des restrictions sur l'entrée des biens et des nécessités, mais privent le plus grand segment de la population du droit à la liberté de voyager et de se déplacer, et les empêcher de traverser le passage frontalier d'Erez -le seul point d'entrée et de sortie pour les gens de la bande de Gaza vers les territoires occupés. Par conséquence, des dizaines de milliers de patients sont bloqués dans la bande de Gaza à temps que ses plus grands hôpitaux souffrent d'une pénurie de près de 60% de leurs médicaments et de leurs fournitures médicales de base, ce qui conduit à la mort de centaines d'autres en attendant l'ouverture des frontières de la bande de Gaza afin de recevoir des soins médicaux à l'étranger.

   Israël prive les civils de toutes les conditions de vie de la descendance et détruit le gagne-pain humain   

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que des mesures plus punitives seraient prises contre les Gazaouis en réponse aux ballons incendiaires et aux cerfs-volants que les manifestants palestiniens volent dans les territoires occupés qui provoquent d'énormes incendies dans les terres agricoles.

"À travers ces mesures, Israël impose une punition collective à plus de deux millions de citoyens sous prétexte d'une activité pratiquée par quelques dizaines de personnes à la frontière de Gaza " a souligné Euro-Med, ajoutant que la famine de la population et les privant des nécessités de base dans la bande de Gaza-qui est classé comme invivable - est injustifiable en toute circonstance.

"En ce qui concerne la réduction de la zone de pêche, Israël prive les civils de toutes les conditions de vie de la descendance et détruit le gagne-pain humain" a déclaré Euro-Med, ajoutant qu'Israël entend affamer des civils, ce qui est considéré comme un véritable crime et une violation flagrante de la quatrième Convention de Genève, à laquelle Israël fait partie.

En conclusion, l'Observateur Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a appelé à exercer plus de pression sur les autorités israéliennes pour qu'elles mettent fin rapidement et inconditionnellement à leurs mesures punitives, en plus de permettre l'accès des nécessités de base à Gaza, et faciliter la circulation des personnes et des biens à destination et en provenance de Gaza.

En outre, Euro-Med a exhorté les ambassadeurs à traiter la bande de Gaza comme une zone sinistrée suite aux graves conséquences du siège de 12 ans imposé par Israël, les exhortant à organiser une réunion urgente pour discuter des conséquences graves des nouvelles restrictions israéliennes. Euro-Med a aussi appelé à la nécessité de travailler sérieusement et d'urgence pour sauver la situation humanitaire désastreuse dans la bande de Gaza et à résoudre ses crises, notamment  les services de  base telles que l'électricité, l'eau et les infrastructures.