Au cours des dernières années, de nombreux pays européens ont accordé une protection à un grand nombre de réfugiés et de migrants cherchant refuge en Europe. Cependant, cette protection s'accompagne de plusieurs obstacles et défis auxquels sont confrontés les migrants à travers l'UE.

   Une grande partie de cette discrimination est probablement liée à la crainte que les réfugiés retirent des emplois des populations du pays hôte de l'UE.   


 Ces défis comprennent la discrimination et les manifestations de racisme et de xénophobie qui continuent de menacer la sécurité dans les sociétés de plus en plus diversifiées de nombreux pays européens. Les pays de l'UE connaissent des incidents de discrimination de plus en plus violents. Les agressions physiques, les incendies criminels et les meurtres sont devenus la triste réalité de sociétés de plus en plus diversifiées. Des formes de discrimination plus insidieuses consistent à restreindre la liberté de mouvement à l'extérieur des camps, à limiter les droits en matière d'emploi ou à nier l'expression de l'identité religieuse, comme le port du hijab.

Les gouvernements hôtes peuvent également négliger de fournir aux réfugiés et aux demandeurs d'asile des documents d'identité, tels que des certificats de naissance et de mariage, qui peuvent être nécessaires pour accéder aux soins et postuler à un emploi et qui peuvent être nécessaires pour le retour des enfants.

Une grande partie de cette discrimination est probablement liée à la crainte que les réfugiés retirent des emplois des populations du pays hôte de l'UE. La réalité est beaucoup plus complexe. Cependant, alors que l'afflux des populations peut stresser les économies locales, les réfugiés correctement intégrés peuvent aussi représenter de nouveaux marchés pour les biens et services, reconstituer les populations vieillissantes, augmenter les recettes fiscales et répondre à la demande non satisfaite de main-d'œuvre. L'exclusion systématique des réfugiés de l'économie formelle gaspille une opportunité significative, tout en ajoutant plus de stress aux familles et en prolongeant la dépendance à l'aide.
 

   La xénophobie et la discrimination contre les réfugiés et les migrants en Europe est une pratique systématique en augmentation   

 

Dans ce rapport, l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme vise à montrer que la xénophobie et la discrimination contre les réfugiés et les migrants en Europe est une pratique systématique en augmentation, en particulier depuis l'étape critique de la crise migratoire en 2015. Par ailleurs, le rapport vise à examiner les causes de la montée de ce phénomène.