Genève - Une version traduite du rapport de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie occidentale (CESAO) intitulée "Pratiques israéliennes envers le peuple palestinien et la question de l'apartheid" a été publiée par l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme. L'année dernière, le rapport a été retiré quelques jours après son lancement à la demande du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, sous la pression et les menaces des ambassadeurs américains et israéliens.

   La conclusion principale du rapport est qu'une paix durable entre Palestiniens et Israéliens ne peut être atteinte sans le démantèlement préalable des structures de l'apartheid   

Richard Falk, président du Conseil d'administration d'Euro-Med et ancien rapporteur des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens, et Virginia Tilley, professeur en science politique

 

Lors de la présentation de la version arabe traduite par Euro-Med , les auteurs du rapport Richard Falk, président du Conseil d'administration d'Euro-Med et ancien rapporteur des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens, et Virginia Tilley, professeur en science politique, ont déclaré: "La conclusion principale du rapport est qu'une paix durable entre Palestiniens et Israéliens ne peut être atteinte sans le démantèlement préalable des structures de l'apartheid. Toute approche qui ignore cette conclusion est vouée à l'échec. "

"Sur la base d'un examen attentif des preuves sur les pratiques israéliennes pour exercer un contrôle sur le peuple palestinien, le rapport conclut qu'Israël est coupable du crime d'apartheid tel que défini par le droit international", a déclaré Falk et Tilley, ajoutant que Les allégations antérieures d'apartheid étaient fondées sur des interprétations plus larges du comportement israélien comme étant généralement racistes et ségrégationnistes, mais sans satisfaire aux exigences d'un examen juridique. "Falk et Tilley ont condamné "la vague d'attaques diffamatoires" contre le rapport aux Nations Unies, qui "n'a jamais traité de substance, et a semblé concentrer leur venin sur l'outrage supposé d'introduire le mot" apartheid " dans le discours de l'ONU lors de la discussion sur les relations d'Israël avec le peuple palestinien. "Ils ont également déclaré que le rapport avait été retiré en raison des" tactiques d'intimidation utilisées, insistant sur le fait que le secrétaire général de l'ONU répudierait le rapport ou ferait face à un financement réduit ".

Avant sa suppression, on nous a dit que c'était le rapport le plus téléchargé de l'histoire de la CESAO depuis 45 ans et qu'il avait été approuvé par les 18 gouvernements arabes membres du Conseil de la CESAO, ont déclaré les deux auteurs.

"Publier la version arabe du rapport en ce moment critique est devenu encore plus significatif avec le déni croissant d'Israël de l'identité palestinienne et sa légalisation de la discrimination systématique et persistante contre les Palestiniens", a déclaré Sarah Pritchett, la porte-parole d'Euro-Med.

La loi récente qui prévoit cette image raciste d'Israël déclare qu'Israël est une patrie nationale pour le peuple juif, alors que seuls les juifs ont droit à l'autodétermination et au droit d'immigrer, et éventuellement d'obtenir la citoyenneté israélienne, et encourage davantage la construction des colonies de peuplement dans les territoires palestiniens occupés en tant que valeur nationale,  a ajouté Pritchett.

"Le rôle d'Euro-Med se limitait à la traduction professionnelle de ce rapport, de la même manière que celle publiée dans la version anglaise sur le site de la CESAO, sans omettre, ajouter ou modifier le contenu ou la forme du rapport", a expliqué Pritchett.

 

La traduction du rapport fait partie d'un projet réalisé par Euro-Med pour sensibiliser les gens aux problèmes de l'apartheid, de sorte que les résultats du rapport soient présents sur les scènes locales et internationales.

Cette traduction vise également à cibler les personnes les plus touchées par les pratiques d'apartheid discutées dans le rapport; le peuple palestinien. Des copies de la traduction arabe seront mises à la disposition du public, des chercheurs, des activistes et des juristes.
 

   Publier la version arabe du rapport en ce moment critique est devenu encore plus significatif avec le déni croissant d'Israël de l'identité palestinienne   

Sarah Pritchett, la porte-parole d'Euro-Med.

 

De son côté, Rima Khalaf, chef de la CESAO a déclaré: "Le secrétaire général m'a donné hier l'ordre de retirer le rapport. Je lui ai demandé de revoir sa position, mais il a insisté. Par conséquent, je lui ai présenté ma démission de l'ONU ".

En commentant le retrait du rapport, Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général des Nations unies a déclaré :"Ce n'est pas une question de contenu, c'est une question de procédure ... Le secrétaire général ne peut pas autoriser à un sous-secrétaire général ou à tout autre haut fonctionnaire des Nations Unies la publication sous  le nom de l'ONU et le logo américain, sans consulter les départements compétents ».

Le rapport de la CESAO est le premier rapport de l'ONU à analyser les pratiques d'Israël comme un système complexe, qui représente un document important pour demander des comptes à Israël et aider à mettre fin à l'impunité dans les territoires palestiniens occupés.