Territoires palestiniens - L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a publié une statistique préliminaire des violations commises contre les civils et les installations civiles à la suite des raids  israéliens continus depuis 24 heures, soulignant que ces raids ont causé la mort de sept personnes et la blessure de 26 autres, en plus de la destruction de 9 bâtiments résidentiels et le déplacement de 100 familles dans différentes zones de la bande de Gaza.

   Les forces d'occupation auraient dû avoir honte de ces actes au lieu de menacer de les ré-exercer   

Sarah Pritchett, la porte-parole de l'Observatoire

Selon Euro-Med, les premières estimations des résultats des raids israéliens jusqu'à cet après-midi (avec l'annonce d'un accord de cessez-le-feu à 18h00, heure de la Palestine) indiquent la destruction de 9 bâtiments civils, dont 80 logements et bureaux, entraînant le déplacement de 100 familles de Gaza de leurs maisons en raison de leur destruction totale due au ciblage direct, ou de leur proximité d'un lieu ciblé,  ainsi que de la destruction des dizaines de magasins, un centre de sport, et un centre de langues situé dans le bâtiment Yaziji  qui a été bombardé lundi par l'aviation israélienne.

L'Observatoire Euro-Med s'est déclaré préoccuper par l'impact de cette escalade sur les civils qui n'ont pas encore repris leur souffle après la série des opérations militaires au cours des dernières années, Euro-Med a appelé à épargner aux civils les conséquences des opérations militaires, notant qu'il est nécessaire que toutes les parties respectent les règles du droit international humanitaire et qu'ils évitent de commettre des crimes de guerre, rappelant que la CPI étend sa juridiction sur les territoires palestiniens.

Dans le même contexte, Euro-Med a condamné le ciblage et la destruction du siège de la chaîne satellite Al-Aqsa par l'aviation israélienne, à l'ouest de la ville de Gaza. Il a aussi souligné que, bien que ces installations appartiennent au Hamas et diffusent des messages de propagande au mouvement, elles restent des objets civils qui ne devraient pas être visés, à moins de jouer un rôle direct dans les hostilités.

Sarah Pritchett, la porte-parole de l'Observatoire, a indiqué que ce ciblage suggère des violations ultérieures attendues, soulignant la nécessité pour les parties de neutraliser les médias et leurs institutions de toute opération militaire, conformément aux règles du droit international humanitaire et à l'obligation de protéger les journalistes.

Selon les statistiques publiées par Euro-Med, le ciblage de l’occupation israélienne des installations civiles dans la bande de Gaza a commencé le 12 novembre soir, par une frappe aérienne à 19h35 heure locale, ce qui a entraîné la destruction d'une maison résidentielle au nord de Rafah dans le sud de la bande de Gaza, suivi d'un autre bombardement de la ville de "Bani Suhaila" à l'est de la ville de Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza à 20h15, et qui a entraîné la destruction d'une maison vide dans la région. Un autre  immeuble résidentiel situé dans le quartier Al-Rimal, à l'ouest de la ville de Gaza, a également été détruit après qu'un bombardement israélien l'ait visé à 21h40.

Dans la matinée du 13 novembre, un avion israélien a visé une maison dans le quartier d'Al-Rimal, à l'ouest de la ville de Gaza, 10 minutes plus tard, à 5h28 du matin, une autre bombe a explosé dans le même quartier, détruisant un immeuble résidentiel de cinq étages.

De son côté, Pritchett a déclaré qu'Euro-Med était très préoccupée par l'incitation du porte-parole du gouvernement israélien, Ophir Glendman, dans laquelle il montrait des images des bâtiments civils détruits par l'occupation lors des guerres de Gaza de 2012 et 2014, accompagnées des expressions suivantes :"Vous avez oublié cela? Les dégâts et la destruction vous manquent-ils?"

Pritchett a déclaré que , avertissant que ces déclarations sont le prélude au ciblage étendu des installations civiles.

La porte-parole d'Euro-Med a déclaré que l'équipe de l'Observatoire mettrait régulièrement à jour les informations, selon les développements sur le terrain, et surveillera et publiera successivement toutes les violations afin de former une pression continue pour que cessent les attaques délibérées contre les civils et pour mettre fin à la guerre à la frontière.

L’Observatoire Euro-Méditerranéen a appelé les Nations Unies, et la commission d'enquête du Conseil des droits de l'Homme, à envoyer une mission sur le terrain dans la bande de Gaza pour surveiller de près les événements et les violations, et à faire pression sur les autorités d'occupation israéliennes pour qu'elles cessent leurs opérations contre la bande de Gaza et qu’elles lèvent le siège imposé , soulignant que les conditions de vie et les conditions humanitaires dans la bande de Gaza ne supportent pas le fardeau d'une quatrième guerre en moins de 10 ans, surtout que les civils sont toujours les premières victimes.