Gaza - Pendant deux années consécutives, le projet de l’incubateur de leadership féminin a apporté un changement remarquable dans la vie des femmes et des filles des zones marginalisées de la bande de Gaza.
 

   Dans le cadre de ce programme de formation, j'ai participé à l'initiative avec une trentaine d'étudiants diplômés des départements anglais et informatiques - et j'ai commencé cette expérience, qui est devenue une source de soutien professionnel et économique   

Asma Qandil

 

Dans le cadre des institutions locales opérant dans les zones essentiellement rurales de Gaza, les femmes et les filles ont bénéficié de différents cours et initiatives dirigés par l’équipe ILF. Le projet est mis en œuvre par l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme, financé par la Fondation suédoise Kvinna till Kvinna,  et soutenu par Rahma Austria.

Le projet a jusqu’à présent aidé ces participantes à développer diverses compétences et à acquérir de nombreuses expériences dans leurs domaines respectifs. Une fois leur formation terminée et avec les opportunités ouvertes pour elles, ces femmes et filles sont devenues des exemples de réussite et des exemples à suivre dans leurs communautés.

Dans le cadre de ce projet, de nombreuses filles ont été en mesure de lancer leurs propres initiatives et projets et de rechercher de nouvelles opportunités de travail.

Asma Qandil, 25 ans, diplômée de l'anglais de l’Université Al-Aqsa en 2016, a participé à l’initiative «Comment utiliser les plateformes en ligne» mise en œuvre par l’Association des diplômés universitaires de la bande de Gaza, financée par le projet d’incubateur de leadership féminin d’Euro-Med.

Qandil a raconté son histoire de réussite et comment le projet ILF a contribué à changer sa vie professionnelle, en lui fournissant une opportunité d'emploi et une bonne source de revenus pour elle et sa famille.

«Après avoir obtenu mon diplôme universitaire, j'ai travaillé dans plusieurs endroits, mais je ne pouvais pas continuer en raison des circonstances difficiles, telles que les longues heures de travail avec un salaire insuffisant, ainsi que les efforts supplémentaires et les exigences infinies. Alors, j'obtenais des emplois temporaires de 3 ou 6 mois», a déclaré Qandil.

Elle a expliqué qu'après cela, elle avait décidé de se lancer dans le télétravail où elle a commencé son chemin à partir de zéro, sans aucune expérience dans ce domaine. Après cela, elle a communiqué avec plusieurs organisations intéressées par le télétravail pour suivre une formation et améliorer ses compétences en ligne.

«J'ai vu une annonce sur le site Web de l'Association des anciens élèves - Gaza demandant aux femmes de suivre une formation sur les plateformes en ligne gratuites», a déclaré. «Dans le cadre de ce programme de formation, j'ai participé à l'initiative avec une trentaine d'étudiants diplômés des départements anglais et informatiques - et j'ai commencé cette expérience, qui est devenue une source de soutien professionnel et économique», a ajouté Qandil.

Après avoir rejoint la formation en ligne sur le télétravail , financée par l’incubateur de leadership féminin d'Euro-Med, Qandil a découvert les principes du travail indépendant, comment rejoindre des plateformes de  télétravail, comment commercialiser leurs compétences auprès des clients, obtenir des projets, et traiter avec eux après avoir obtenu un travail ainsi qu'après l'achèvement.

La formation de l’emploi indépendant a constitué un tournant majeur dans la vie des stagiaires; beaucoup d'entre eux ont trouvé un emploi et ont démarré divers projets avec de nombreux clients.

«J'ai eu trois travaux de traduction différents au cours de la période de formation et une note élevée de mes clients, ce qui a augmenté mes chances d'obtenir d'autres projets», a déclaré Qandil. Après avoir terminé la formation, elle a également réussi à obtenir 30 projets de travail. Elle a pu se procurer une source de revenus confortable, échanger des expériences et nouer de nombreuses relations de travail avec des traducteurs étrangers.

A la fin de son intervention lors de la dernière séance du projet, Qandil a conseillé à tous les diplômés d’être attentifs au travail indépendant et de développer en permanence leurs compétences, compte tenu en particulier des conditions économiques difficiles et de la rareté des possibilités d'emploi dans la bande de Gaza.

En janvier, l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a lancé la deuxième phase du projet «Incubateur de leadership féminin», qui vise à renforcer l'autonomie des femmes palestiniennes dans la bande de Gaza, à promouvoir l'égalité des sexes et à encourager l'intégration des femmes dans le système de leadership communautaire en formant le personnel des ONG et des organisations locales, en incluant des femmes en tant que chefs d’équipe travaillant à l’amélioration des conditions de vie et de travail des femmes dans les institutions locales et les communautés environnantes.