Genève - L'adoption du Pacte mondial pour des migrations sûres par 164 pays, lundi, constitue une étape importante sur la voie de l’atténuation de la souffrance des migrants et l'amélioration des politiques et mesures réglementant la migration au niveau mondial, a déclaré l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme.

 

   Les articles du nouveau pacte prévoient des réglementations garantissant une évaluation juste et meilleure des cas des migrants   

Sarah Pritchett, la porte-parole d'Euro-Med

 

Dans le cadre d’une conférence intergouvernementale tenue au Maroc, Marrakech, le GCM contribuera à préserver les droits et la dignité des migrants, en fournissant un moyen pratique de travailler sur l’intégration communautaire et les questions relatives au travail,  a ajouté Euro-Med.

Le pacte nouvellement signé prévoit des opportunités de migration légale, que de nombreux pays ont largement restreintes par le biais de lois internes compliquées. Les améliorations comprennent l'amélioration des conditions de travail des migrants, leur aide à trouver du travail, ainsi que le sauvetage et la réduction du nombre de migrants disparus.

Les articles du nouveau pacte prévoient des réglementations garantissant une évaluation juste et meilleure des cas des migrants. Interdisant leur détention sauf dans le respect de la légalité, le pacte appelle à l'optimisme quant au traitement réservé aux migrants par le système juridique du pays d'accueil, a déclaré Sarah Pritchett, la porte-parole d'Euro-Med.

En 2016, les Nations Unies ont annoncé qu'elles commenceraient à travailler sur ce pacte lors de la Déclaration de New York sur les réfugiés et les migrants, qui s'est réunie à la suite de la vague d'asile et de migration qui a entraîné la mort de plus de 7 500 migrants en Méditerranée, en 2015 et 2016 seulement.


Au fur et à mesure que la "crise des réfugiés" se déroulait, le nombre de victimes de l'immigration clandestine s'élevait à plus de 60 000 depuis l'an 2000. En outre, les États n'ont pas réussi à mener des opérations de sauvetage, ne faisant que contrecarrer les tentatives d'immigration en mer.

Le GCM devrait servir 23 objectifs en commençant par la gestion et la coordination des efforts concernant la migration légale à tous les niveaux. Le pacte vise également à minimiser les risques que courent les migrants chez eux et sur le chemin du pays d'accueil.


L’Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme appelle tous les États signataires à en faire une convention indépendante juridiquement contraignante pour tous les signataires.
Le pacte devrait également inclure des dispositions sur l'accès des migrants à l'assistance humanitaire et aux services de base.

Euro-Med appelle également les 15 pays qui ont rejeté l'accordainsi que sur les politiciens de droite à reconsidérer leurs positions,qui ne sert qu'à attiser le racisme et la discrimination à l'égard des migrants et limite les chances d'intégration des migrants dans les communautés d'accueil.