Gaza - Une session de dialogue interactive a été organisée lundi par l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme et par l'Association des femmes diplômées des universités à Gaza (AFUG-G), s'agissant de la violence à l'égard des femmes sur les lieux de travail.

   Les femmes diplômées ont désespérément besoin d’apprendre le droit du travail et la façon de s’attaquer à toutes les formes de violence à l’égard des femmes   

Widad Sourani, directrice de l'AFUG-G

 

La session faisait partie de la campagne «Orange The World» de 16 jours organisée par le projet d'Incubateur de Leadership Féminin (ILF)  sur la violence à l’égard des femmes au travail, où l’AFUG est l’une des institutions participantes de(ILF).

La discussion visait à sensibiliser les femmes diplômées au droit du travail palestinien et aux protections dont bénéficient les femmes contre la discrimination ou la persécution au travail, a déclaré Nada Nabil, coordinatrice des médias de (ILF).

La réunion visait également à mettre en lumière la violence à laquelle les femmes sont confrontées au travail et les moyens juridiques dont elles disposent pour faire face à ce problème, a ajouté Nabil.

Widad Sourani, directrice de l'AFUG-G, a exprimé son enthousiasme pour la participation à de telles activités, soulignant l'importance de sensibiliser la communauté aux droits des femmes.

«Les femmes diplômées ont désespérément besoin d’apprendre le droit du travail et la façon de s’attaquer à toutes les formes de violence à l’égard des femmes», a expliqué Sourani.
«De telles discussions sensibilisent les femmes diplômées qui, en réalité, terminent leurs études sans connaître leurs droits en tant que travailleuses sous le droit palestinien. C'est l'un des sujets que le programme d'études n'apporte pas aux tables de travail », a ajouté Sourani.
«La violence à l’égard des femmes au travail se propage à la lumière de l’absence d’une application réelle du droit du travail et résulte du manque de sensibilisation des travailleuses, a déclaré Salama Abu Z’aiter, chercheuse de la communauté.

«Sensibiliser les femmes à leurs droits est la première étape pour atteindre ces droits. Quoi de mieux que d'être en mesure de défendre vos propres droits? », a ajouté Abu Z’aiter.

Les participantes à la session ont exprimé le besoin d'organiser davantage de sessions pour sensibiliser les femmes marginalisées aux violations du travail, y compris la discrimination salariale et le refus des congés de maternité.

En janvier, l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a lancé la deuxième phase du projet «Incubateur de leadership féminin», qui vise à renforcer l'autonomie des femmes palestiniennes dans la bande de Gaza, à promouvoir l'égalité des sexes et à encourager l'intégration des femmes dans le système de leadership communautaire en formant le personnel des ONG et des organisations locales, en incluant des femmes en tant que chefs d’équipe travaillant à l’amélioration des conditions de vie et de travail des femmes dans les institutions locales et les communautés environnantes.