L'occupation israélienne continue de violer les droits des Palestiniens à Jérusalem depuis la décision du président américain Trump de déplacer l'ambassade de son pays à Jérusalem en décembre 2017. Les forces d'occupation israéliennes continuent d'augmenter le nombre d'arrestations arbitraires, de démolitions de maisons et ainsi que la ré-arrestation de prisonniers palestiniens une fois qu'ils quittent les portes de la prison. Les colons israéliens, accompagnés par les forces israéliennes, continuent également de prendre d'assaut la mosquée Al-Aqsa, provoquant les sentiments des musulmans dans l'enceinte sacrée.

L'occupation israélienne utilise l'arrestation de Palestiniens comme un outil de punition et d'intimidation sans justification légale ou morale, et non comme un moyen de prévention. En violation flagrante et explicite de la loi, l'occupation israélienne soumet certains prisonniers à une détention administrative de six mois, sans inculpation ni jugement, en guise de punition ouverte. La détention administrative peut être prolongée tous les six mois.

Pour justifier leur arrestation, les autorités d'occupation israéliennes emprisonnent les Palestiniens sous de larges accusations. Ces accusations incluent "la perturbation de l'ordre public" du simple fait d'être présentes dans la mosquée lorsque des colons israéliens s'y retrouvent.


Cliquez ici pour lire le rapport