Genève - L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme appelle les organisations humanitaires internationales et régionales à prendre des mesures urgentes et à porter secours aux milliers de réfugiés et de personnes déplacées dans le camp de réfugiés d'Al-Houl au nord-est de la Syrie, vivant dans des conditions catastrophiques.

   Plus de 240, alors que les familles sont obligées de dormir à la belle étoile et dans un froid extrême   

 

Des milliers de civils, dont 90% de femmes et d'enfants, ont été déplacés dans le camp d'Al-Houl à la suite des combats qui se sont déroulés dans la campagne de Deir Zour, dans l'est de la Syrie, bien que le camp ne puisse pas accueillir un si grand nombre de personnes. Jusqu'à la date de rédaction du présent document, près de 62 000 personnes se sont installées dans le camp, qui abritait déjà des syriens et irakiens, ce qui a entraîné une surpopulation au-delà de la capacité d'accueil du camp.

Au moins trois enfants sont décédés cette semaine  à la suite de la malnutrition et du froid sévère, en plus de 20 enfants également morts à cause du froid ces dernières semaines. Une centaine de personnes sont mortes pendant leur tentative d'atteindre le camp ou peu de temps après leur arrivée.

Il y a un grand nombre d'enfants non accompagnés dans le camp, estimés à plus de 240, alors que les familles sont obligées de dormir à la belle étoile et dans un froid extrême.

Malgré l'assistance fournie par les Nations Unies et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) aux réfugiés et aux personnes déplacées dans le camp, cette assistance peut difficilement être suffisante étant donné le grand nombre de réfugiés à l'intérieur du camp, mis à part le fait que l'aide n'est pas distribuée également à tous les membres du camp.

Euro-Med a fait référence à la Déclaration sur la protection des femmes et des enfants en cas de conflit armé ou d’urgence, où le paragraphe 6 stipule que «Les femmes et les enfants appartenant à la population civile […] ne doivent pas être privés de logement, de nourriture, d’aide médicale ou d'autres droits inaliénables. "

L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme souligne la nécessité de distribuer l'aide à tous sans discrimination fondée sur des différences politiques, ethniques ou religieuses, en insistant sur le droit de chacun de recevoir une assistance humanitaire.

Euro-Med indique également que le droit international humanitaire applicable en situation de conflit interdit aux civils de quitter leur lieu de résidence, à moins que cela ne soit nécessaire pour leur sécurité. S'ils le font, il est essentiel que les règles de sécurité et de protection de ces civils soient respectées et que des abris, de la nourriture, des médicaments, des vêtements et d'autres objets soient fournis.