Genève - L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a adressé une lettre urgente à la Commission européenne concernant leur participation au financement de l'interconnecteur EuroAsia, un projet de transport d'énergie visant à construire l'infrastructure nécessaire pour relier les sources d'énergie entre Israël, Chypre et la Grèce.
 

   Tandis qu’Israël travaille sur des projets visant à renforcer ses sources d’énergie, il refuse aux Palestiniens l’accès à des besoins essentiels tels que l’énergie et l’eau potable   

Audrey Ferdinand, chercheuse en droit à Euro-Med

 

Le projet, qui devrait être mis en œuvre en juin 2019 avec un budget estimé à 3,5 milliards d'euros, non seulement reliera l'infrastructure électrique entre les villes israéliennes, la Grèce et Chypre, mais inclura également des colonies de peuplement illégales dans les territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem-Est.

L'Union européenne a été désignée comme l'un des financiers et partisans du projet qui nourrit et renforce les colonies de peuplement construites illégalement sur des terres palestiniennes en Cisjordanie et à Jérusalem, ce qui témoigne d'un mépris du droit international et équivaut à une complicité dans les crimes de guerre israéliens et les crimes contre l'humanité.

" L'UE doit respecter ses obligations juridiques en vertu du droit international, notamment en ne violant pas son engagement de longue date en faveur d'une solution à deux États. Ce que nous voyons plutôt, c’est un soutien à un projet en faveur des colons, le produit d’une occupation illégale conforme aux résolutions internationales ", a déclaré Audrey Ferdinand, chercheuse en droit à Euro-Med.

«Tandis qu’Israël travaille sur des projets visant à renforcer ses sources d’énergie, il refuse aux Palestiniens l’accès à des besoins essentiels tels que l’énergie et l’eau potable», a ajouté Ferdinand, appelant l’UE à respecter ses obligations internationales et à ne pas établir de partenariats avec des États violant le droit international des droits de l'homme et le droit international humanitaire pendant des décennies.

Euro-Med s'est dit profondément choqué et surpris par les politiques contradictoires et les pratiques non neutres de l'Union européenne. D'une part, il finance des projets destinés à aider les Palestiniens qui souffrent d'occupation, et il finance également des projets destinés aux colons illégaux, plaidant en faveur d'une logique à deux vitesses.

Euro-Med appelle l'Union européenne à reconsidérer sérieusement ses politiques qui favorisent les autorités israéliennes au détriment du peuple palestinien. L'Observatoire a également appelé l'UE à respecter ses obligations en matière de droits de l'homme et à dépasser le discours d'intérêt égoïste.

L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme appelle l'Union européenne à mettre fin au projet, d'autant plus qu'Israël continue d'étendre ses activités de colonisation illégale en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, et ne les récompense pas pour ce record de violations des droits de l'Homme.

Il convient de noter qu'Euro-Med s’est également adressé à l’UNICEF au sujet de leur implication apparente dans le projet, mais il a été révélé par la suite que le fournisseur de produits alimentaires et de soins de santé pour enfants était surnommé à tort et «frauduleusement» l'un des sponsors du projet.