Genève – Une lettre urgente a été envoyée à Michel Forst, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits de l’Homme, par l'Observatoire Euro-Med des Droits de l’Homme concernant les menaces de mort  proférées contre Almoaaz Sadek Warshfani, un juge libyen et défenseur des droits de l'Homme.

 

   Le juge libyen a été kidnappé et mis en garde contre son implication dans la défense de certaines affaires liées aux droits de l’Homme   

Warshfani a couru pour sauver sa vie et a quitté la Libye pour la Tunisie sous le couvert de la nuit après avoir reçu de graves menaces de mort pour son rôle dans la défense des victimes de la guerre civile et de la torture, y compris les prisonniers détenus par le gouvernement sans justification légale, laissant sa famille derrière.

Le juge libyen a été kidnappé et mis en garde contre son implication dans la défense de certaines affaires liées aux droits de l’Homme et a été prié de cesser d’utiliser le mot milices dans ses réunions à la radio et à la presse et devant les tribunaux.

Les ravisseurs ont également tenté de le forcer à changer de position et à reconnaître les groupes armés comme des organismes de sécurité légitimes, en plus de nier ses déclarations antérieures concernant le recrutement d’enfants et de mineurs dans ces groupes armés.

Le juge libyen a promis aux ravisseurs de répondre à ces exigences immédiatement après sa libération, mais sa maison a été attaquée deux jours après sa libération. Il a décidé de quitter le pays pour sauver sa vie et de se rendre par voie terrestre en Tunisie.

La famille du juge libyen vit dans de très mauvaises conditions. En conséquence, les activités quotidiennes de son épouse et de ses enfants ont été arrêtées. La femme a cessé d'aller au travail et les enfants ont quitté leurs écoles à cause de l'incident.

Euro-Med appelle les Nations Unies à faire pression sur les autorités libyennes pour qu’elles arrêtent les violations des droits de l’Homme, en exhortant les autorités tunisiennes à fournir la protection nécessaire à Warshfani après qu’il ait confirmé son arrivée dans le pays.

À la fin de la lettre, Euro-Med a exhorté Forst à aider le juge libyen à emmener sa famille en Tunisie, soulignant la nécessité de communiquer avec les autorités compétentes pour veiller à ce que les personnes impliquées dans l’enlèvement soient traduites en justice.