L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a reçu jeudi des informations de différentes sources concernant le naufrage d'un canot transportant au moins 300 migrants.

   Les mesures, prises par les pays européens afin de réduire le nombre de réfugiés fuyant la guerre et les empêcher de se rendre dans des zones plus sûres, violent clairement la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés   

La coordinatrice des médias d'Euro-Med, Nada Nabil

 

Selon Euro-Med, les informations reçues indiquent que le navire a coulé au large des cinq côtes occidentales de la Libye et qu'environ 150 migrants se sont noyés dans cet incident, alors que les équipes de secours sont toujours à la recherche des survivants.

L'Observatoire Euro-Med a ajouté que plusieurs survivants, y compris des femmes et des enfants, avaient reçu une assistance médicale et humanitaire de la part de l'International Médical Corps (IMC).

Pendant l'année en cours, trois canots ont coulé transportant des centaines de réfugiés du Moyen-Orient au large des côtes de la Libye. Plus de 70 réfugiés ont trouvé la mort lorsque leur canot a chaviré le 17 avril au large des côtes tunisiennes après son départ des côtes libyennes en direction de l'Italie.

De sa part, la coordinatrice des médias d'Euro-Med, Nada Nabil a déclaré que le naufrage continu des migrants au large des côtes est un mépris flagrant des valeurs humaines, morales et juridiques et le corollaire d'une décision non déclarée de l'UE de laisser les migrants seuls face à leur destin inconnu, sans tenir compte de la situation humanitaire particulière de ces migrants en l'absence des équipements les plus élémentaires pour les équipes de sauvetage du côté libyen.

Nabil a déclaré que les mesures, prises par les pays européens afin de réduire le nombre de réfugiés fuyant la guerre et les empêcher de se rendre dans des zones plus sûres, violent clairement la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés.

"La période récente a été témoin d'une augmentation significative des vagues de migration des côtes libyenne et tunisienne vers les côtes italiennes, en particulier à la lumière de l'escalade des combats internes et de la détérioration de la situation humanitaire sur les côtes libyennes", a ajouté Nabil. 

 L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a déclaré que la politique de l'UE avait réussi à réduire le nombre de migrants de cette année d'environ 30% par rapport à l'année précédente. Cependant, ils n'ont pas pris les mesures nécessaires pour préserver la vie de ces réfugiés.

Euro-Med a également appelé l'UE à adopter une nouvelle politique tenant compte de la dimension humanitaire dans le traitement de la question de l'asile et des migrations. Il a ajouté que les problèmes de sécurité ne justifiaient pas de laisser des milliers de migrants et de réfugiés menacés de noyade en Méditerranée.