Les préjugés discriminatoires du Rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction, Ahmed Shaheed, sont extrêmement alarmants, car ils font preuve  d'une partialité persistante, délibérée et systématique à l'égard des questions relatives à la liberté de religion dans les territoires palestiniens occupés, ce qui soulève d'importantes préoccupations concernant la neutralité du poste que Shaheed est censé honorer,  a déclaré l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme dans une lettre adressée à la Commission des Droits de l’Homme des Nations unies.

À titre d'exemple,  Euro-Med n’a pas trouvé aucune déclaration de Shaheed concernant les violations persistantes des droits des Palestiniens à la liberté de religion à la mosquée Al-Aqsa, même lorsque les autorités israéliennes ont complètement fermé les portes de la mosquée devant les fidèles musulmans en juillet 2017, ou plus récemment hier 11 août 2019.

Le titulaire de ce mandat est chargé d’identifier les obstacles existants et émergents à la jouissance du droit à la liberté de religion ou de conviction et de présenter des recommandations sur les moyens de surmonter ces obstacles.

"Nous trouvons cela sérieusement préoccupant lorsqu'un des responsables les plus importants en matière de liberté de religion reste complètement silencieux et ferme les yeux sur les violations atroces et systématiques commises par Israël à l'encontre des fidèles musulmans de la mosquée Al-Aqsa", a déclaré Anas Jerjawi, directeur du bureau régional d'Euro-Med dans le territoire palestinien.

"Cela se produit systématiquement lors des raids réguliers, où les forces israéliennes utilisent le gaz lacrymogène et d’autres types d’agressions physiques infligées aux fidèles palestiniens, et interdisent à plusieurs reprises à certains résidents palestiniens de Jérusalem-Est d’entrer dans la mosquée pendant des mois", a ajouté Jerjawi.

Euro-Med a tenté à de nombreuses reprises de contacter Shaheed, dans le but de le motiver à entreprendre les actions nécessaires en fonction de son poste et des responsabilités qui lui sont assignées. Cependant, toutes les lettres adressées à  Shaheed demeurent entièrement sans réponse et ignorées.

"Il a été porté à notre attention que Shaheed est proche des groupes de pression pro-israéliens tels que le Congrès juif européen, le Congrès juif mondial et d’autres", a ajouté Jerjawi.

"Cela soulève d’autres questions concernant l’objectivité de sa conduite quand il refuse simultanément de critiquer ou du moins de documenter les violations d’Israël contre le droit des Palestiniens à la liberté de religion."

Dans sa lettre adressée à la Commission des droits de l’Homme des Nations Unies, Euro-Med a souligné que le poste du Rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction devait rester neutre, objectif et professionnel. On s’attend à ce que le titulaire du poste documente aveuglément les violations de la liberté de religion dans le monde entier sans aucune forme de parti pris, aucune sélectivité ou politisation à l’égard des questions abordées.

Par conséquent, Euro-Med a exhorté la Commission des droits de l’Homme des Nations Unies à examiner cette question et à enquêter sur le comportement de Shaheed, et de trouver un successeur plus adéquat qui honorerait de façon professionnelle et objective les responsabilités attribuées au poste.