L’Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme exprime sa vive préoccupation concernant des mesures annoncées par le gouvernement français et qui ont un impact sur les droits des migrants et des réfugiés.

 

   Les réfugiés et les migrants qui auront fait un voyage dangereux pour venir en Europe sont particulièrement à risque, ces nouvelles mesures exacerberont leurs souffrances   

Selin Yasar , le porte-parole d’Euro-Med

La France imposera des quotas sur le nombre de travailleurs venant de l’extérieur de l’UE et vise également à réduire le nombre de réfugiés dans le pays avec des politiques plus sévères.

Les demandeurs d’asile ne pourront plus bénéficier de soins médicaux gratuits dès leur inscription en France. En vertu du nouveau règlement, ils devront attendre trois mois pour obtenir une couverture de base, sauf pour des conditions très urgentes dont la définition n’est toujours pas claire. L’accès aux soins médicaux sera réduit pour ceux qui séjournent illégalement en France. « Les réfugiés et les migrants qui auront fait un voyage dangereux pour venir en Europe sont particulièrement à risque, ces nouvelles mesures exacerberont leurs souffrances », a déclaré le porte-parole d’Euro-Med, Selin Yasar. Elle a ajouté que les demandeurs d’asile et les migrants devraient avoir les mêmes droits que les citoyens de leur pays d’accueil.

Euro-Med appelle les Etats de l’UE à travailler ensemble pour assurer la sécurité des réfugiés fuyant les conflits et les persécutions. Compte tenu du nombre de conflits et du niveau de violence dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, un nombre important de personnes continueront de chercher refuge en Europe. Cependant, plusieurs pays européens ont resserré leurs politiques migratoires en réponse à cet afflux.

En septembre dernier, Euro-Med a expliqué, lors d’un séminaire sur la migration organisé en marge du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, que l’accès des migrants et des réfugiés aux soins médicaux en Europe était déjà une question urgente.

Cependant, les gouvernements européens ne réagissent pas adéquatement. Nous craignons que de nombreuses parties d’extrême-droite en Europe, souhaitant réduire le soutien de leur pays aux migrants et aux réfugiés, aient de plus en plus d’influence sur les politiques migratoires. La popularité croissante des partis populistes encourage les partis dominants à adopter ces politiques plus strictes.

L’Observatoire Euro-Med craint que le bien-être des migrants et des réfugiés ne soit pas pris en compte pour des raisons politiques et électorales.