Copenhague – La Commission des affaires étrangères du Parlement danois a publié sur son site web une pétition lancée par l’Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme, invitant les membres à la signer. La pétition appelle à la libération des détenus politiques dans les prisons israéliennes et arabes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord à la lumière de la propagation du Coronavirus (Covid-19) dans le monde entier.

   Les cellules de ces prisons sont très vulnérables à la propagation du virus, car elles sont surpeuplées de détenus et manquent de l’infrastructure nécessaire pour limiter la propagation de la maladie   

Le site officiel du Parlement danois a publié la pétition qui appelle les gouvernements de la région, y compris Israël, à libérer immédiatement les prisonniers d’opinion pour leur sauver la vie avant qu’il ne soit trop tard.

La pétition, lancée il y a quelques jours, mettait en garde contre les dangers qui menacent les prisonniers d’opinion dans les prisons surpeuplées et manquantes d’installations sanitaires, car ils pourraient être victimes de la pandémie du COVID19.

Les cellules de ces prisons sont très vulnérables à la propagation du virus, car elles sont surpeuplées de détenus et manquent de l’infrastructure nécessaire pour limiter la propagation de la maladie. L’infection d’un gardien, d’un visiteur ou d’un détenu pourrait mener à une tragédie en peu de temps.

Certains gouvernements de la région sont arrivés à la même conclusion et ont reconnu les risques catastrophiques de l’épidémie de coronavirus dans les prisons, où l’Iran, par exemple, a temporairement libéré 85 000 prisonniers, tandis que le Royaume de Bahreïn en a ordonné la libération de 901 autres, Selon Euro-Med, le transfert de 585 détenus vers des programmes de réadaptation et de formation pour purger le reste de leur peine.

Euro-Med a ajouté, « Malheureusement, les détenus politiques et les prisonniers d’opinion ont été entièrement exclus de ces pardons, ils demeurent emprisonnés dans des conditions pires que les autres détenus et souffrent de négligence délibérée. »

En Égypte, en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et en Israël, des dizaines de milliers de détenus politiques sont toujours en prison, à la lumière d’une menace sans précédent pour leur vie si le virus se propage dans leurs cellules.

Les services de santé de la plupart des détenus politiques continuent de se détériorer de plus en plus en raison d’une négligence délibérée en matière de santé, ce qui met leur vie en danger, surtout si l’infection se propage.

Des dizaines de détenus ont été déclarés morts dans les prisons égyptiennes et saoudiennes en raison de l’absence de soins médicaux et de la propagation de maladies infectieuses de la peau, ainsi que de la négligence médicale, a noté Euro-Med.

Les conditions difficiles dans lesquelles se trouvent les détenus politiques dans les prisons de la région devraient inciter la communauté internationale à exercer une pression maximale pour les libérer le plus rapidement possible à la lumière de la propagation de ce virus, a poursuivi Euro-Med.

Compte tenu de l’incapacité des gouvernements du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord à répondre à la propagation du virus et à la menace qui pèse sur la vie des détenus dans les prisons, Euro-Med exige la libération immédiate des détenus et la fourniture des soins de santé nécessaires pour préserver leur vie.

L'Observatoire Euro-Med a appelé à mettre fin à la politique d'arrestation des militants pour des motifs politiques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, et à la nécessité de partager des informations précises sur la propagation du coronavirus dans les prisons de la région de manière transparente.