La proposition conjointe des quatre plus grands pays de l’UE de développer un mécanisme contraignant pour une répartition équitable des demandeurs d’asile est une initiative importante qui doit être intégrée dans le Nouveau Pacte sur la migration et l’asile de la Commission européenne, a déclaré l’Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme.

 La proposition, si elle est adoptée, éviterait à des milliers de réfugiés de souffrir dans des conditions épouvantables et renforcerait la solidarité intra-européenne en s’efforçant de mettre fin au surpeuplement des pays aux frontières extérieures de l’UE avec les demandes d’asile.

Plus tôt ce mois-ci, les ministres de l’Intérieur de la France, de l’Allemagne, de l’Italie et de l’Espagne ont lancé une initiative conjointe pour faire face à la situation de surpeuplement des demandeurs d’asile dans les pays méditerranéens de l’UE tels que la Grèce, l’Italie et Malte. La proposition a été envoyée à Margaritis Schinas et à Ylva Johansson, commissaires européens en charge de la politique migratoire de l’UE, pour être incluse dans le prochain Pacte sur la migration et l’asile de la Commission. Il propose d’améliorer les mécanismes de redistribution des réfugiés et des demandeurs d’asile afin qu’ils deviennent obligatoires pour tous les États membres de l’UE, tout en permettant à certains pays de l’UE d’offrir exceptionnellement « d’autres mesures de solidarité » telles qu'une aide financière pour remplacer l’accueil de réfugiés s’ils fournissent des raisons dûment motivées.

La proposition appelle également à un « mécanisme de solidarité pour la recherche et le sauvetage » des demandeurs d’asile secourus en mer, qui comprend la santé, la sécurité et la présélection des identités afin d’accélérer leur adsorption dans les pays d’accueil.

« Depuis des années, nous appelons l’UE à adopter un mécanisme contraignant de redistribution qui met fin à la pression disproportionnée exercée sur les États membres de l’UE dans le bassin méditerranéen et qui écrase leurs systèmes d’asile. La proposition conjointe des quatre plus grands pays de l’UE constitue une occasion importante de résoudre ce dilemme persistant », a déclaré Muhammad Shehada, directeur régional d’Euro-Med en Europe.

Euro-Med appelle les commissaires européens aux affaires intérieures à adopter d’urgence l’initiative commune visant à mieux faire face aux dangers et aux difficultés auxquels sont confrontés les réfugiés et les demandeurs d’asile pendant le Coronavirus. Nous soulignons également l’urgence indispensable d’appeler les États membres de l’UE à assouplir leurs restrictions sur les procédures de demande d’asile pendant la pandémie et appelons l’UE à tenir responsable tout État membre qui viole ses obligations en matière de respect des droits des réfugiés et assurer leur sécurité et leur bien-être.