Genève - Dans une déclaration orale devant le Conseil des Droits de l'Homme des Nations unies (CDH) à Genève, le mardi 29 septembre 2020, l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a déclaré avoir constaté une augmentation de la violence et de la discrimination à l'égard des femmes dans la région MENA, appelant les États arabes à assurer une application efficace des politiques susceptibles de réduire les écarts entre les sexes.

Dans une déclaration conjointe avec l'Institut mondial pour l'eau, l'environnement et la santé (GIWEH) lors de la 45e session du CDH, Euro-Med a mis en évidence un rapport documentant les différentes formes de discrimination et de violations contre les femmes en Jordanie causées par les mauvaises conditions économiques et le manque de sensibilisation. En attendant, les efforts de l'État pour lutter contre ces violations sont encore largement insuffisants.

Rawane Matene, chercheuse juridique à Euro-Med, a noté dans la déclaration qu'en 2019, la Jordanie a enregistré 21 cas de meurtres de femmes - une augmentation de trois fois par rapport à 2018.

La réalité sociale en Jordanie oblige les femmes battues à garder le silence, car elles pensent que le fait de signaler ces cas ne les aidera pas et ne fera qu'attiser le feu qui menace leur sécurité et leurs droits, ce qui les maintient dans ce cercle vicieux de violence. Alors que 6 965 femmes ont été victimes de violence, 810 ont pu bénéficier de l'aide des cinq refuges pour femmes battues du royaume, tandis que les autres, en particulier celles qui vivent dans des zones reculées, ont été marginalisées et ont donc dû faire face à davantage de violence.

La déclaration a appelé le Conseil des Droits de l'Homme des Nations unies et les autres entités concernées des Nations unies à accroître et à intensifier leurs efforts pour lutter contre la violence à l'égard des femmes en Jordanie.

Cela devrait se faire non seulement par des campagnes de sensibilisation, d’aide aux femmes des régions éloignées, des conseils et des pressions sur le gouvernement pour qu'il joue un rôle plus actif, mais aussi, par l'inclusion de militantes jordaniennes notables dans les mécanismes et les entités des Nations unies, et par l'intégration des perspectives et des expériences vécues des femmes jordaniennes victimes de la violence, afin de les entendre plutôt que d'en parler.

En septembre 2020, l'Observatoire Euro-Med a réalisé un rapport intitulé "Les femmes en Jordanie : violence continue et absence de protection", qui documente l'augmentation de la violence contre les femmes en Jordanie, présente les témoignages de femmes battues et les lacunes des mécanismes et des lois du gouvernement pour lutter contre la violence à leur égard. Il a également formulé des recommandations aux autorités compétentes afin de renforcer la protection des femmes et de réduire le nombre important d'actes de violence à leur encontre.