Genève-  Les situations d'urgence et les déplacements forcés constituent de graves menaces pour la sécurité, la liberté et la santé des femmes migrantes, a déclaré l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme dans une déclaration orale au Conseil des Droits de l’Homme (CDH). Cependant, les besoins des femmes migrantes n'ont pas été pris en considération lorsqu'il s'agit d'adopter des politiques et des programmes liés à la migration.

Dans une déclaration conjointe avec l'Institut international pour les droits et le développement (IIRD), Euro-Med a attiré l'attention du Conseil sur la nécessité d'impliquer les perspectives de genre dans le travail du Conseil des Droits de l'Homme et ses politiques.

"Le Conseil des Droits de l'Homme a pour mandat de faire de l'égalité des sexes et de la non-discrimination une réalité dans la vie des gens", a déclaré Michela Pugliese, chercheuse spécialiste des questions de migration et d'asile à Euro-Med. "Cependant, il ne peut pas le faire correctement sans comprendre suffisamment les expériences vécues par ces personnes".

Pugliese a déclaré que le Conseil ne peut pas répondre aux besoins des femmes migrantes s'il ne renforce pas son rôle dans la conception, la mise en œuvre, le suivi et l'évaluation des politiques sensibles au genre et des programmes liés à la migration.

La déclaration a également averti que la prévention, le signalement et la dénonciation des violations des droits de l'homme seront incomplets si la perspective de genre est absente, là où les voix et les désirs des femmes migrantes ne sont pas entendus et restent sans réponse.

Euro-Med et IIRD ont appelé le Conseil à engager les femmes migrantes dans son travail et ses mécanismes pour évaluer précisément leurs besoins et produire des recommandations basées sur des faits qui, une fois mises en œuvre, peuvent réellement améliorer la qualité de leur vie.

Les deux organisations ont exhorté les États membres à approfondir l'étude et à mieux comprendre la perspective de genre dans les programmes liés à la migration, afin de pouvoir mieux protéger les femmes et les filles migrantes contre la discrimination et les violations.