Genève – L’Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme condamne fermement la décision judiciaire arbitraire de 15 ans d’emprisonnement contre l’économiste saoudien Essam Al Zamil, cela fait partie d’une la série d’intimidation du Royaume contre des personnalités et des personnes importantes pour supprimer les libertés et les museler.
Euro-Med Monitor a déclaré dans un communiqué de presse aujourd’hui que les autorités saoudiennes avaient arrêté "Al-Zamil", 41 ans, une personnalité économique saoudienne de premier plan, dans le cadre d’une vaste campagne d’arrestation en septembre 2017, ciblant des militants, des intellectuels, des personnalités religieuses, des hommes d’affaires et les défenseures des droits de l’homme accusés de terrorisme, de corruption et de complot contre l’État.

   la condamnation sévère de l’économiste saoudien Essam Al Zamil confirme une fois de plus que les autorités du Royaume poursuivent leur politique répressive sans prêter attention à tous les appels exigeant de mettre fin à la politique de détention arbitraire et de peines injustes   

Anas Al-jerjawi, Le directeur régional d’Euro-Med Monitor au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

 


Euro-Med Monitor a déclaré que l’arrestation d’Al Zamil est venu après sa critique des plans présentés par le prince héritier saoudien "Mohammad Bin Salman" en avril 2016, qui représentait dans la libération de 5% des actions d’Aramco pour la souscription publique dans le programme de réforme économique du prince héritier. Le partenaire a commenté cela à travers plusieurs tweets sociaux pour le supprimer rapidement, en disant:
« La valeur de la transaction sera de 2 billions de dollars après le transfert de la propriété d’Aramco au Fonds. » « La valeur marchande d’Aramco ne peut dépasser 300 milliards de dollars, à moins que la valeur d’Aramco ne soit censée être de 2 milliards de dollars, ce qui signifie que tout sera vendu, même la propriété du pétrole souterrain. » "Au-delà de la courtoisie et du vague discours, le pétrole est la propriété du peuple et la décision de vendre du pétrole sous terre n’est censée être prise qu’avec le consentement de tous."
Le 1er octobre 2018, des rapports locaux sur les droits humains ont révélé une session secrète tenue par le tribunal pénal spécialisé en Arabie saoudite pour juger Al-Zamil et d'autres militants, au cours de laquelle la poursuite publique d’Al Zamil a porté plusieurs accusations en vertu des lois antiterroristes et anti-cybercriminalité, exigeant les peines les plus sévères contre lui.

Selon les médias locaux, le ministère public saoudien a accusé Al-Zamil de communiquer avec le Qatar, incitant les jeunes à participer à des manifestations et des manifestations contre la loyauté de l’ordre, appartenant aux Frères musulmans interdits, et remettre en question l’équité du système judiciaire saoudien. Il a rencontré des diplomates étrangers et les a informés sur l’information et l’analyse des actions et des décisions du Royaume sans en informer les autorités officielles.
Euro-Med Monitor a noté que ces accusations plaçaient Al-Zamil en détention provisoire pendant trois ans, accompagnées de préoccupations concernant sa santé, notamment à la lumière de la présence de nombreux rapports indiquant que les autorités le maintiennent à l'isolement et le soumettent à des mauvais traitements.

Selon Euro-Med, la Cour pénale de Riyad a condamné Zamil à 15 ans de prison le 5 octobre 2020 pour les accusations précédentes, alors qu’aucune annonce officielle saoudienne n’a été faite sur la peine, et les autorités judiciaires n’ont pas commenté la peine.
Le directeur régional d’Euro-Med Monitor au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, Anas Al-jerjawi, a déclaré que la condamnation sévère de l’économiste saoudien Essam Al Zamil confirme une fois de plus que les autorités du Royaume poursuivent leur politique répressive sans prêter attention à tous les appels exigeant de mettre fin à la politique de détention arbitraire et de peines injustes. Il a exprimé son profond regret pour l’absence d’indépendance et de neutralité de la justice saoudienne, et sa transformation en un outil de répression et de liquidation des comptes avec les opposants.


Al-Jerjawi a mis en garde contre la fameuse conspiration démontrée par les grands pays dans le traitement du dossier des droits de l’homme en Arabie Saoudite, car aucun d’entre eux n’a pris une position ferme - sur le plan de la coopération économique ou militaire par exemple – pour faire pression sur l’Arabie saoudite pour qu’elle cesse de supprimer les libertés. Au lieu de lancer des appels timides qui ne sont pas à la hauteur du niveau de soutien réel pour les victimes de violations dans le Royaume.
Euro-Med Monitor a déclaré que les arrestations violent les lois nationales saoudiennes en premier lieu. L’article 8 de la loi saoudienne sur les publications stipule que "la liberté d’expression est garantie par différents moyens de publication dans le cadre des dispositions légales et statutaires", et le deuxième article du règlement exécutif relatif à l'activité d'édition électronique assure également "le soutien de la culture du dialogue et de la diversité et la perpétuation de la culture des droits de l'homme, représentée par la liberté d'expression garantie à tous conformément aux dispositions du système".

Au niveau international, l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques garantit que "toute personne a le droit d’avoir des opinions sans harcèlement" et « Toute personne a droit à la liberté d’expression et ce droit inclut sa liberté de rechercher, de recevoir et de transmettre des informations et des idées de toutes sortes, sans égard aux frontières. Qu’il soit écrit, imprimé, technique ou tout autre moyen de son choix. »
L’Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme a appelé les autorités saoudiennes à abroger la peine prononcée contre "Al Zamil" et d’autres militants, personnalités religieuses et hommes d’affaires, et à libérer immédiatement tous les prisonniers d’opinion dans leurs prisons, et à les indemniser pour détention arbitraire, persécution et mauvais traitements.
Euro-Med Monitor a exhorté le Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression aux Nations Unies à intervenir pour mettre fin aux peines injustes imposées aux prisonniers d’opinion dans les prisons du Royaume et à travailler pour lever les restrictions qui entravent l’exercice de ce droit fondamental.


Contexte
Depuis septembre 2017, l’Arabie saoudite est témoin d’une répression sans précédent de la liberté d’opinion et d’expression, ciblant des dizaines de militants et de personnalités opposés aux politiques gouvernementales, puis s’étendant à des universitaires, des juristes, des hommes d’affaires, les érudits religieux et les personnalités publiques, par leur détention illégale. Des peines arbitraires et sévères leur sont imposées sur la base d’accusations étendues de complot contre l’État, de contacts avec des entités extérieures hostiles et d’incitation à la violence et au terrorisme.