Nous sommes fiers d'apporter un réel changement par des mesures concrètes visant à rendre justice aux victimes de violations des droits de l'homme, en collaboration avec d'autres organisations dans le monde. Après des décennies de conflits armés et de guerres, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord sont devenus une plaque tournante pour les violations des droits de l'homme, la plupart des auteurs de ces actes jouissant de l'impunité. Les populations ont perdu confiance dans la capacité des défenseurs des droits de l'homme à les aider. Néanmoins, des centaines de milliers de ces courageux défenseurs des droits de l'homme sont à l'origine de changements. Pour reprendre les mots du professeur Richard Falk, président du conseil d'administration d'Euro-Med Monitor : "Il est important de poursuivre la lutte malgré les frustrations et les déceptions, en se basant sur une foi ultime dans le triomphe de la justice". Voici quelques-unes de nos réalisations.

 

Europe :

La commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE) du Parlement européen a décidé de créer un groupe de travail chargé d'examiner les allégations concernant le rôle de Frontex dans le refoulement illégal des migrants maritimes et des demandeurs d'asile.

Euro-Med Monitor avait publié un rapport détaillé intitulé "Frontex" : Accountability Declined" à la mi-janvier mettant en évidence un modèle d'autonomie excessif et alarmant de Frontex, alors que son budget, son rôle et son personnel sont augmentés par l'UE sans frontières juridiques claires.

Le rapport analyse dix incidents où Frontex a contribué, couvert, contrecarré le signalement ou négligé de graves refoulements illégaux de demandeurs d'asile et de migrants en mer par les garde-côtes grecs. Euro-Med Monitor avait également demandé à l'UE de prendre des mesures efficaces pour que Frontex et la Grèce rendent compte de leurs violations à l'encontre des demandeurs d'asile, d'établir un mécanisme de surveillance pour contrôler les violations aux frontières extérieures de l'UE, et d'imposer un contrôle strict des pratiques de Frontex afin de s'assurer que ses activités respectent les principes internationaux des droits de l'homme et le droit des réfugiés, ainsi que le droit de la mer.

Le rapport complet

 

Les territoires palestiniens :

Le 26 janvier, le porte-parole de l'UE à Jérusalem a confirmé que l'UE accorde une grande attention au système judiciaire palestinien et qu'elle suit les récents amendements à la loi sur l'autorité judiciaire et les étudiera ainsi que tout ce qui concerne l'État de droit et l'indépendance du pouvoir judiciaire en Palestine.

Le 22 janvier, Euro-Med Monitor avait demandé à l'UE et à ses États membres de revoir les accords de coopération et de partenariat avec l'Autorité palestinienne, en particulier le pouvoir judiciaire, après que le pouvoir exécutif ait démontré une violation du principe de séparation des trois pouvoirs et de garantie de la neutralité de leur travail. Euro-Med Monitor a appelé l'UE à exercer toutes les formes de pression sur l'AP pour qu'elle revienne sur ses récentes décisions, et à charger l'autorité exécutive de mettre fin à son ingérence illégale dans le travail du pouvoir judiciaire.

Communiqué de presse

 

Bosnie-Herzégovine :

Le 3 janvier, l'UE a annoncé son intention d'accorder un financement supplémentaire pour soutenir les migrants et les réfugiés vulnérables en Bosnie-Herzégovine, et a exhorté le gouvernement bosniaque à reconstruire le camp, qui a brûlé en décembre 2020, provoquant le déplacement de quelque 900 migrants et demandeurs d'asile. Le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell, a déclaré que Bruxelles était prête à ajouter 3,5 millions d'euros supplémentaires à son soutien humanitaire à la Bosnie.

Le 28 décembre, Euro-Med Monitor s'était adressé au Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et aux États membres de l'UE afin de fournir un soutien immédiat aux réfugiés touchés par l'incendie et d'exhorter le gouvernement de Bosnie à prendre des mesures urgentes pour ouvrir des sites d'hébergement supplémentaires pour les migrants et les demandeurs d'asile afin de s'assurer qu'ils ne restent pas sans abri, en particulier pendant la saison hivernale et les fortes chutes de neige. Début décembre 2020, Euro-Med Monitor a contacté les États membres de l'UE et les organisations des Nations unies concernées afin de soutenir les réfugiés en Bosnie à la lumière des conditions difficiles que connaissent des milliers de demandeurs d'asile et de migrants dans le nord-ouest de la Bosnie-Herzégovine après que les premières chutes de neige aient recouvert leurs fragiles tentes.

Communiqué de presse

 

Italie :

Le 27 janvier, le Comité des droits de l'homme des Nations unies a publié un rapport tenant l'Italie pour responsable de l'absence de protection du droit à la vie de plus de 200 demandeurs d'asile, dont 60 enfants qui se sont noyés lorsque leur bateau s'est écrasé au large des côtes italiennes en octobre 2013, concluant que l'Italie n'avait pas répondu rapidement aux appels de détresse. Le bateau transportait plus de 400 demandeurs d'asile, dont des femmes et des enfants.

Euro-Med Monitor avait révélé dans un rapport qu'il avait publié sur la même affaire en octobre 2013 que les autorités italiennes n'avaient pas réussi à secourir les demandeurs d'asile palestiniens et syriens dont le bateau s'était écrasé près des côtes italiennes. Les autorités n'ont même pas réussi à récupérer les cadavres pour les enterrer de manière décente et à mener une enquête sur l'incident.

 Euro-Med Monitor s'est adressé aux organisations des Nations Unies concernées et aux autorités italiennes pour qu'elles mènent une enquête sur l'incident de la noyade et tiennent les parties responsables de ses conséquences.

À la suite de l'accident, Euro-Med Monitor a organisé un séminaire au Parlement européen en novembre 2013. Il a présenté un rapport d'enquête sur l'incident. Le séminaire a conclu que l'une des causes les plus importantes de l'accident était le temps perdu dans l'échange d'informations, la coordination et la communication entre les autorités italiennes et maltaises malgré l'émission de graves signaux de détresse par le bateau qui a coulé et qui demandait de l'aide.

En 2014, Euro-Med Monitor a coopéré avec le programme d'enquête néerlandais Zembla sur un film d'investigation et a recueilli des témoignages sur l'incident. L'équipe du film a discuté du rapport avec plusieurs membres du Parlement européen à Strasbourg.

Communiqué de presse

 

-Le 25 janvier, la Cour de Rome a rendu un arrêt jugeant illégaux les refoulements des demandeurs d'asile et des migrants à la frontière italo-slovène, exhortant la Commission européenne à intervenir pour mettre fin aux réadmissions informelles et aux refoulements illégaux de l'Italie sur la route des Balkans.

Au cours d'une campagne de lobbying et de plaidoyer qui s'est étendue sur plusieurs années, Euro-Med Monitor a mis en évidence les dangers qui entourent les migrants et les demandeurs d'asile victimes de retours forcés à la frontière italo-slovène. Euro-Med Monitor s'était adressé aux autorités italiennes compétentes pour qu'elles mettent en œuvre des réformes globales et courageuses du système d'asile et d'immigration, et non pas seulement des réformes partielles qui ne permettraient qu'une amélioration limitée de la difficile réalité que vivent les migrants et les demandeurs d'asile.

 

L'Arabie Saoudite :

Le 17 janvier, les autorités saoudiennes ont réduit la peine du médecin saoudien, Walid Fitaihi, de six ans à un demi-trimestre avec sursis, ce qui signifie sa libération.

Le 9 décembre 2020, Euro-Med Monitor s'était adressé aux autorités saoudiennes pour abolir la décision arbitraire prise à l'encontre de Fitaihi et le libérer, ainsi que tous les prisonniers d'opinion, et pour qu'elles cessent d'utiliser et de politiser le système judiciaire pour punir les militants, les dissidents et les défenseurs des droits de l'homme.