Vingt-trois organisations de défense des droits de l'homme, dont Euro-Med, HuMena et Innovation for Change (I4C) -MENA Hub, ont publié une pétition qui appelle à mettre en valeur le potentiel inexploité des militants de la diaspora MENA ; en leur donnant les moyens d'agir et en les plaçant au cœur du discours sur le changement, plutôt que de les laisser marginalisés.

   Les activistes de la diaspora sont la colonne vertébrale d'un changement positif vers le développement et la démocratisation dans leur pays d'origine, car ils bénéficient d'une plus grande marge à l'étranger pour s'organiser et s'exprimer librement sans être limités par la répression des régimes arabes   

Ahmed AlNaouq, responsable du lobbying à Euro-Med Monitor

 

Dix ans après l'éruption du Printemps arabe, d'énormes masses de civils se sont vues contraintes d'immigrer de leur pays d'origine vers l'Europe, les Etats-Unis et le Canada, échappant ainsi à l'absence de liberté et à de graves violations des droits de l'homme. Cependant, même après avoir atteint des destinations sûres, certains militants civils et défenseurs des droits de l'homme ont été victimes de dépression et de frustration politique en raison de la négligence de leurs gouvernements hôtes et de la privation de leurs droits d'engagement social et politique. 

"Les activistes de la diaspora sont la colonne vertébrale d'un changement positif vers le développement et la démocratisation dans leur pays d'origine, car ils bénéficient d'une plus grande marge à l'étranger pour s'organiser et s'exprimer librement sans être limités par la répression des régimes arabes" a déclaré Ahmed AlNaouq, responsable du lobbying à Euro-Med Monitor, "les habiliter et les mettre au cœur du discours, libérerait une puissante ressource inexploitée pour une amélioration durable".

"Les militants et les organisations de la diaspora MENA sont un puissant moteur de changement et de promotion d'un nouveau contrat social car ils disposent d'une plus grande marge pour exercer leur liberté d'expression, et jouissent d'un accès plus stable à la communauté internationale. En tant que tels, leur dissidence à l'étranger a la capacité de défendre les droits de l'homme", a déclaré Sarah Sheikh Ali, directrice de HuMena, "Afin de réaliser un changement politique dans la région MENA et de promouvoir la démocratie et la stabilité, les militants de la diaspora MENA et les OSC devraient être placés au cœur de l'élaboration des politiques et du changement politique, et non en être marginalisés".

En novembre 2020, l'organisation HuMena for Human Rights a publié une étude intitulée "Diaspora Engagement" : The Change Mantra" qui conclut que les activistes de la diaspora arabe en exil sont confrontés à des obstacles qui entravent leur pleine participation en raison du manque de communication entre les OSC et les activistes de la diaspora, de la difficulté à atteindre les décideurs, du besoin des activistes de connaissances et de compétences avancées et de l'incapacité à accéder à des fonds adéquats.

L'étude suggère que l'implication des activistes de la diaspora dans la refonte de l'avenir de la région MENA nécessite la co-création de réseaux transnationaux de plaidoyer et de mobilisation qui poussent vers de nouveaux processus d'élaboration des politiques au niveau international, et influencent les relations de pouvoir, afin de promouvoir et de protéger les droits de l'homme dans la région. Le rapport a révélé que le manque de soutien psychologique aux militants de la région MENA a conduit à la perte de nombreuses vies, car des dizaines de militants de la diaspora MENA se suicident chaque année dans les pays de l'UE, au Canada et aux États-Unis.

La pétition souligne que pour promouvoir la démocratie, la stabilité et le changement politique au Moyen-Orient, il faut donner la priorité aux activités des immigrants dissidents et politiques. Les militants et les OSC devraient être dotés des outils nécessaires pour leur donner les moyens d'agir sur le plan social et politique dans leur nouveau pays.

Les signataires de la pétition appellent les Nations unies, la Commission européenne et les gouvernements des pays d'accueil, en particulier les États membres de l'UE, le Canada et les États-Unis, à mieux impliquer les militants et les OSC de la diaspora MENA ; à leur fournir le soutien psychologique approprié avant de les engager politiquement et socialement ; à les impliquer dans la planification stratégique et le processus décisionnel ; et à s'engager à respecter les obligations et les accords internationaux afin de faire participer les groupes de jeunes de la diaspora MENA aux efforts de paix et de prévention des conflits.

La pétition appelle également les organes et institutions concernés à renforcer les capacités des militants et des OSC de la diaspora MENA, à former les militants nouvellement apparus aux systèmes et mécanismes internationaux et régionaux des droits de l'homme, à adapter l'approche du renforcement des capacités en travaillant à l'amélioration des compétences et des connaissances des militants et des OSC de la diaspora MENA et à engager les artistes et les professionnels des médias de la diaspora MENA.

La pétition invite les gouvernements des pays d'accueil à protéger les droits des immigrants et des réfugiés et à respecter le droit à la protection contre le refoulement. Les gouvernements sont également chargés de criminaliser les actes de xénophobie, de racisme et de sexisme, ou toute autre forme de discrimination, en accordant une attention particulière aux groupes les plus vulnérables comme les minorités ethniques et religieuses, et les femmes.

 

Signataires :

● ● HUMENA pour les Droits de l'Homme et l'engagement civique

● L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme

● Groupe des droits de la région MENA

● Innovation for Change - MENA Hub

● Conseil des Droits et Libertés de Genève

● L'Association francophone pour les droits de l'homme

● Centre du Golfe pour les droits de l'homme (GCHR)

● Amnesty - France 

● The Day After

● Ligue des Droits de l'Homme (LDH) - France

● SAM Organisations pour les droits et les libertés - Yémen

● Intersection Association pour les droits et libertés - Tunisie

● The Freedom Initiative

● Initiative Franco-égyptienne pour les Droits et les Libertés

● ANKH (Réseau arabe pour la connaissance des droits de l'homme)

● Stichting Mission Lanka - Pays-Bas

● AWTAD Organisation de lutte contre la corruption - Yémen

● Sky Line International

● Jeunes ambassadeurs d'Afrique - RDC

● Association pour la promotion du développement durable - Inde

● Fondation pour la jeunesse du Bangladesh

● KENYA ENVIRONMENT AND WASTE MANAGEMENT ASSOCIATION

● RIHRDO (Rural Infrastructure and Human Resource Development Organization) - Pakistan