La grève de la faim menée par un groupe de demandeurs d'asile au Royaume-Uni en signe de protestation contre l'insuffisance de l'approvisionnement alimentaire et la longueur des procédures d'asile devrait attirer l'attention sur le peu de considération que le gouvernement britannique accorde à leur santé physique et mentale, a déclaré aujourd'hui l'Observatoire Euro-Med des Droits de l'Homme.

   La faible quantité, variété et qualité de la nourriture fournie dans les différents centres d'accueil au Royaume-Uni font que les demandeurs d'asile se souviennent de leur position négligée à chaque repas   

Michela Pugliese, chercheur juridique à Euro-Med Monitor

 

Les demandeurs d'asile hébergés dans un hôtel de Reading ont récemment protesté contre les repas de mauvaise qualité "semblables à ceux des compagnies aériennes", qui selon eux sont invariables, malsains et fournis en très faible quantité. Les demandeurs d'asile protestent également contre le fait que leurs demandes d'asile ne sont pas traitées, ce qui oblige nombre d'entre eux à rester bloqués dans leur chambre pour plus de huit mois.

Un demandeur d'asile de 24 ans logé à l'hôtel Reading's, Salahe Lakhdar, a affirmé qu'en raison d'une alimentation inadéquate et de mauvaise qualité, lui et d'autres personnes ont perdu du poids et certaines ont des problèmes rénaux, tandis que beaucoup d'autres se sont retrouvés à l'hôpital "dans de très mauvaises conditions et avec des difficultés sanitaires". De plus, sa demande d'asile est en suspens depuis plus de 13 mois, sans aucune mise à jour.

Tout comme à Reading, un nombre croissant de demandeurs d'asile dans différentes régions du Royaume-Uni se plaignent des conditions de logement et de l'insuffisance de la nourriture fournie. Une femme logée à Londres a affirmé que sa jeune fille avait des pensées suicidaires à cause d'une alimentation misérable. "Elle n'a pas mangé d'aliments sains depuis plus de cinq mois - pas de légumes, pas de lait frais, pas de fromage, pas d'œufs, pas de poisson", a-t-elle déclaré.

Le droit de l'homme à une alimentation adéquate est d'une importance cruciale pour la jouissance de tous les droits et est particulièrement inscrit dans l'article 11 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC), que le Royaume-Uni est tenu de respecter depuis 1976.

Selon l'observation générale n°12 du PIDESC, le droit à une alimentation adéquate implique "la disponibilité de nourriture en quantité et en qualité suffisantes pour satisfaire les besoins alimentaires des individus, exempte de substances nocives et acceptable dans une culture donnée" et "l'accessibilité de cette nourriture d'une manière durable et qui n'entrave pas la jouissance des autres droits de l'homme".

"La nourriture est une lentille significative qui montre le degré d'hospitalité, ou d'inhospitalité, d'un lieu. La faible quantité, variété et qualité de la nourriture fournie dans les différents centres d'accueil au Royaume-Uni font que les demandeurs d'asile se souviennent de leur position négligée à chaque repas" a déclaré Michela Pugliese, chercheur juridique à Euro-Med Monitor, "Après des mois et des mois d'indifférence et d'incertitude, les demandeurs d'asile ne demandent qu'une solide considération".

Euro-Med Monitor appelle le Royaume-Uni à veiller à ce que la nourriture fournie dans les installations d'accueil réponde aux normes requises par l'article 11 du PIDESC, notamment "un mélange de nutriments pour la croissance physique et mentale, le développement et l'entretien, et une activité physique qui soit conforme aux besoins physiologiques de l'homme" ; à accorder une attention particulière à la diversité alimentaire et à une consommation alimentaire appropriée des enfants, des jeunes adultes, des personnes en mauvaise santé et des femmes enceintes ou allaitantes ; et à respecter le droit des demandeurs d'asile à une audience équitable dans un délai raisonnable, tel que consacré par l'article 6 de la Convention européenne des droits de l'homme, à ne pas faire l'objet de procédures d'asile excessivement longues qui les laissent dans un état d'incertitude prolongé.