Genève - L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme et 33 autres organisations yéménites de défense des droits de l'homme ont envoyé une lettre urgente au Haut Représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, demandant une intervention urgente pour mettre fin aux dangereuses répercussions humanitaires dans la ville de Marib, au nord du Yémen, suite à l'attaque Houthi.

 

   L'attaque des Houthis a entravé l'accès à l'aide pour les personnes déplacées et a directement menacé leur vie.   

Les organisations ont déclaré dans leur lettre qu'au cours des deux dernières semaines, les Houthis ont intensifié leur campagne militaire pour contrôler Marib et ont multiplié leurs attaques aveugles sans tenir compte des principes fondamentaux du droit humanitaire international et des dangers encourus par la population civile.

Les organisations ont exprimé leur inquiétude face aux risques d'une catastrophe humanitaire imminente qui pourrait s'abattre sur la ville à la suite de l'attaque militaire. La ville étant considérée comme relativement sûre, elle compte plus de 90 camps habités par environ deux millions de personnes déplacées, dont 965 000 enfants et 429 000 femmes, qui ont fui les gouvernorats voisins pendant les années de conflit.

L'attaque des Houthis a entravé l'accès à l'aide pour les personnes déplacées et a directement menacé leur vie. Elle pourrait les forcer à fuir en masse de la ville sans corridors sûrs ni garantie qu'ils ne subiront pas de représailles si les Houthis prennent le contrôle.

Alors que le pays connaît la pire crise humanitaire au monde, l'attaque de Marib bloque toute chance de solution pacifique. Environ 80 % de la population est devenue dépendante de l'aide humanitaire, tandis que 50 % des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition. Des centaines de milliers de ces enfants pourraient mourir en raison du manque d'aide humanitaire, qui a considérablement diminué au cours des deux dernières années.

Les organisations ont appelé l'UE à intervenir d'urgence pour mettre fin à l'attaque des Houthis sur Marib et se conformer à la récente résolution 2021/2539 (RSP) de l'UE du 11 février 2021. Cette résolution concerne la situation humanitaire et politique au Yémen. La résolution demande instamment à toutes les parties au conflit de faciliter le passage sans entrave de l'aide humanitaire et d'autres biens essentiels à la population et d'utiliser tous les outils possibles pour tenir pour responsables toutes les personnes impliquées dans de graves violations des droits de l'homme au Yémen.

 

Contexte

Au cours des deux derniers jours, des sources yéménites ont annoncé que des dizaines de personnes ont été tuées et blessées dans des combats entre les Houthis et l'armée yéménite à Marib, dans l'est du pays. C'était au moment où les Nations Unies ont averti que l'attaque militaire sur Marib mettrait en danger jusqu'à deux millions de civils, et donc entraînerait le déplacement de centaines de milliers de personnes.

La ville, située à environ 120 kilomètres à l'est de la capitale, Sanaa - où les Houthis imposent leur contrôle depuis 2014 - a évité la guerre au début, mais les Houthis ont lancé des attaques pendant près d'un an, qui se sont intensifiées au cours des deux dernières semaines.

Selon les organisations internationales, le conflit en cours au Yémen depuis 2014 a fait des dizaines de milliers de morts et déplacé des millions de personnes, alors que près de 80 % de la population du Yémen, qui compte 29 millions d'habitants, est devenue dépendante de l'aide.

 

La lettre est signée par :

1.            Organisation Sam pour les droits et les libertés.

2.            Centre américain pour la justice (ACJ)

3.            Association des mères d'enfants enlevés

4.            Réseau yéménite pour les droits et la liberté

5.            Adalah pour les droits et le développement

6.            Centre de développement et des droits de l'homme du Nas

7.            La coalition yéménite pour la surveillance des violations des droits de l'homme - Rasd Coalition

8.            Organisation Aljawaf pour les libertés et les droits de l'homme

9.            Le Centre européen arabe pour les droits de l'homme

10.          Fondation Wethaq pour l'orientation civile

11.          Radar des droits pour les droits de l'homme

12.          Organisation Shumoul pour les médias et les droits de l'homme - Dhamar

13.          Child Voice Org

14.          Rased Organization for Rights and freedoms - Mahwit

15.          Organisation Shohood pour les droits de l'homme - Sana'a

16.          Organisation Rasd pour la liberté et les droits.

17.          Commission civile pour les maisons victimes de bombardements

18.          Pour la liberté d'organisation Ma liberté et les droits de l'homme - Hodeidah

19.          Centre des droits de l'homme de Taiz - Taiz

20.          Homme libre - Saada

21.          Fondation Dameer pour les droits de l'homme - Shabwa

22.          Organisation des droits du Yémen pour les droits et le développement - Marib

23. Organisation pour la justice et l'équité en matière de développement et de droits de l'homme

24.          L'Autorité nationale pour la défense des droits et libertés "Hood", équipe de la région de Saba

25.          Monitor Center for Rights and Development Albida

26.          L'Organisation nationale des journalistes yéménites "SADA" (The National Organization of Yemeni Reporters)

27.          Fondation de défense des droits et libertés

28.          Organisation Musawah pour les droits et libertés

29.          Le Centre européen arabe pour les droits de l'homme

30.          Forum britannique yéménite pour la paix et la démocratie (YBFPD)

31.          Organisation Socotra pour les droits et les libertés

32.          Organisation de la paix pour le développement social et les droits de l'homme

33.          L'Organisation yéménite pour le développement économique et social