En 2020, nous aurons toujours en mémoire l'émergence de la pandémie de coronavirus et les violations qui l'ont accompagnée, en particulier dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. En 2021, le monde espère assister non seulement à la fin de la pandémie mais aussi à la disparition des violations et des pratiques répressives des gouvernements à l'encontre des militants, des défenseurs des droits de l'homme et des demandeurs d'asile dans le monde entier.

Au cours du deuxième mois de 2021, notre équipe, en collaboration avec des organisations partenaires de défense des droits de l'homme, a déployé des efforts considérables pour apporter de véritables changements afin de réduire les violations et les atteintes aux libertés fondamentales au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Europe. Nous sommes fiers de partager avec vous certaines bonnes nouvelles sur les réalisations de notre équipe, réalisées conjointement avec d'autres organisations régionales et internationales dans le monde entier.

L'Arabie Saoudite
Le 10 février, les autorités saoudiennes ont libéré la militante Loujain Al-Hathloul, après l'avoir emprisonnée pendant près de trois ans au motif de son engagement en faveur des droits de l'homme.

Au cours d'une campagne de lobbying et de plaidoyer menée ces dernières années, des organisations internationales de défense des droits de l'homme, dont Euro-Med Monitor, ont mis en lumière la détention de Loujain et d'autres prisonniers de conscience dans le Royaume. Nous avions appelé les autorités saoudiennes à abroger la décision arbitraire rendue contre elle et tous les prisonniers de conscience, à cesser d'utiliser et de politiser le système judiciaire pour punir les militants, les dissidents et les défenseurs des droits de l'homme.

Euro-Med Monitor avait également lancé une pétition signée par des membres du Parlement européen, demandant aux autorités saoudiennes de mettre fin aux violations des droits des femmes dans le Royaume. Plusieurs pétitions ont été lancées par Euro-Med Monitor et d'autres organisations de défense des droits de l'homme, qui visaient les athlètes participant à des événements sportifs en Arabie saoudite. Cela a permis de mettre la pression sur les autorités pour qu'elles libèrent Loujain et d'autres prisonniers d'opinion injustement détenus.
Détails 

L'Algérie

Le 19 février, les autorités algériennes ont libéré le journaliste Khaled Dararni, après son arrestation arbitraire pendant un an pour son travail journalistique, à la faveur d'une grâce présidentielle, en même temps qu'environ 59 autres prisonniers d'opinion.

Au cours de l'année précédente, Euro-Med Monitor avait suivi le cas de Dararni, la détention arbitraire et les décisions judiciaires contre les prisonniers de conscience dans le pays, alors que les autorités poursuivaient ceux qui participaient au mouvement populaire. Euro-Med Monitor a communiqué à plusieurs reprises avec les autorités algériennes afin d'annuler la peine de prison prononcée contre Dararni et de le libérer immédiatement, ainsi que tous les autres prisonniers de conscience.

Les territoires palestiniens
-Le 5 février, la Chambre préliminaire I de la Cour Pénale Internationale a rendu une décision selon laquelle la compétence territoriale de la Cour s'étend aux territoires occupés par Israël depuis 1967, plus précisément Gaza et la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est. Cette décision permet de mener des enquêtes sur d'éventuels crimes de guerre commis sur ces terres, étant donné que la Palestine est partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale.

Euro-Med Monitor a documenté diverses violations israéliennes dans les territoires palestiniens et s'est adressé aux organismes internationaux compétents pour qu'ils fassent pression sur la Cour pénale internationale afin qu'elle enquête sur les crimes israéliens commis dans les territoires relevant de sa juridiction et les tienne pour responsables.
Détails

-Le 11 février, les autorités israéliennes ont libéré une employée du Haut-Commissariat aux droits de l'homme en Turquie, Shirin Al-Araj. Les autorités l'ont arrêtée le 25 janvier au tribunal de première instance de Jérusalem après avoir été convoquée pour avoir prétendument contacté des agents et des personnes étrangers et avoir été interrogée.

Le 31 janvier, Euro-Med Monitor a appelé les autorités israéliennes à libérer immédiatement et sans condition Al-Araj. Euro-Med Monitor s'est également adressé aux agences compétentes des Nations Unies pour enquêter sur l'incident et obliger Israël à fournir des explications sur la poursuite des employés des Nations Unies dans les territoires palestiniens.
Communiqué de presse

L'Irlande
Fin février, le gouvernement irlandais a décidé de fermer les fameux "centres de fourniture directe", qui étaient désignés à l'accueil des réfugiés, et de les remplacer par des installations gouvernementales ou des propriétés louées par le gouvernement qui respectent les droits des demandeurs d'asile, y compris le droit à la vie privée et à un logement sûr.

Euro-Med Monitor a révélé dans un précédent rapport qu'il a lancé en novembre 2019 les conditions de vie difficiles que connaissent les réfugiés, en particulier les enfants, dans ces centres de prise en charge directe. Euro-Med Monitor a demandé aux autorités irlandaises de faire preuve d'une plus grande transparence et de rendre compte de la gestion de ces centres, d'améliorer immédiatement les conditions de vie des demandeurs d'asile et de remplacer ces centres par des installations compatibles avec les besoins des réfugiés et leur droit à vivre dans la dignité.

L'Europe
Le Médiateur du Parlement européen a décidé le 19 février d'ouvrir une autre enquête sur les violations de l'Agence Européenne des Frontières et des Garde-Côtes (Frontex) à l'encontre des migrants et des demandeurs d'asile. Le membre du Parlement européen, Sira Rego, avait déposé une plainte concernant le refus de Frontex de révéler des informations sur l'emplacement de 16 navires Frontex en opération en mer Égée.

A la mi-janvier, Euro-Med Monitor a publié un rapport complet mettant en évidence l'indépendance excessive et préoccupante de Frontex depuis que l'UE a élargi son rôle, augmenté son budget et son personnel sans limites légales claires, et fait fi des activités illégales menées contre les migrants et les demandeurs d'asile.

Euro-Med Monitor avait demandé aux autorités européennes de prendre des mesures efficaces pour tenir Frontex responsable de ses violations à l'encontre des migrants et des demandeurs d'asile, d'établir un mécanisme de surveillance pour observer les violations à la frontière extérieure de l'Union et d'imposer un contrôle strict des pratiques de Frontex.
Rapport complet