Genève - L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme et Geo Expertise ont prononcé un discours lors de la 46ème session du Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies (tenue virtuellement en raison des restrictions liées à la pandémie COVID-19), en réaction au recrutement massif d'enfants au Yémen par les parties en guerre. Ce discours, prononcé par Taim Alyousef, chercheur à Euro-Med Monitor, est le suivant: 

   Les Houthis utilisent des stratégies complexes pour recruter des enfants, dont la plus dangereuse est la mobilisation idéologique où les esprits naïfs des enfants sont nourris d'idées violentes et extrémistes   

Taim Alyousef, chercheur à Euro-Med Monitor

"Pour la cinquième année consécutive, les parties en guerre au Yémen recrutent fréquemment des enfants dans leurs troupes, les forçant à participer aux hostilités sans tenir compte de leur enfance ni des accords internationaux qui interdisent le recrutement d'enfants, quelles que soient les circonstances".

"Le mois dernier, Euro-Med Monitor et SAM pour les Droits et Libertés ont publié un rapport documentant le recrutement par les Houthis de plus de 10.000 enfants âgés de 10 à 17 ans dans les zones sous leur contrôle".

"Les Houthis utilisent des stratégies complexes pour recruter des enfants, dont la plus dangereuse est la mobilisation idéologique où les esprits naïfs des enfants sont nourris d'idées violentes et extrémistes."

" Au cours des périodes de recrutement, les enfants sont soumis à de nombreuses violations, notamment la privation de nourriture, l'emprisonnement, les agressions physiques et sexuelles et les menaces de mort. "

"De même, la coalition arabe dirigée par les Saoudiens implique également le recrutement d'enfants. Plusieurs rapports ont documenté le recrutement par le royaume de milliers d'enfants en provenance du Soudan et leur transport au Yémen pour combattre sur les lignes de front"." De nombreux enfants recrutés par les deux parties ont été tués lors des combats, tandis que d'autres ont été blessés ou ont disparu. "" Euro-Med Monitor et Geo-Expertise estiment que le recrutement d'enfants au Yémen devrait être en tête des priorités des Nations Unies. L'ONU doit contraindre les deux parties à mettre immédiatement un terme à cette pratique dangereuse, qui peut constituer un crime de guerre selon le Statut de Rome de la Cour pénale internationale".

"Nous affirmons la nécessité d'imposer des sanctions appropriées, conformément au droit international, aux entités et aux individus impliqués dans ce crime odieux qui soit met fin à la vie des enfants, soit déforme leur avenir".

 Contexte

Depuis 2014, les parties au conflit au Yémen sont impliquées dans le recrutement généralisé d'enfants. Les deux parties ont utilisé plusieurs stratégies, telles que l'intimidation, la désinformation et le don d'argent aux enfants ou à leurs familles.

Cependant, malgré les promesses faites par les parties en guerre pour mettre fin à ce dangereux phénomène, elles continuent à le mettre en œuvre à grande échelle. Par conséquent, alors que des centaines d'enfants yéménites ont perdu la vie et que des milliers d'autres ont été blessés ou ont disparu, ceux qui survivent ont besoin de programmes de réhabilitation à long terme pour les aider à surmonter les effets psychologiques des horreurs qu'ils ont vécues.