Genève - L'Union Européenne devrait assurer des passages sûrs et légaux pour les personnes fuyant la violence, la persécution et les violations des droits de l'homme afin de garantir qu'elles soient protégées et traitées avec dignité et qu'elles aient accès aux procédures d'asile, ont déclaré l'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme et Geo Expertise dans un discours conjoint prononcé lors de la 46ème session du Conseil des Droits de l'Homme (CDH).

Le discours, prononcé par Michela Pugliese, chercheuse juridique d'Euro-Med Monitor, lors du débat général sur le point 8 de l'ordre du jour, indique que lorsque la pandémie de COVID-19 a commencé à se propager en mars 2020, les frontières intérieures et extérieures de l'Europe ont été de plus en plus verrouillées et fortifiées, exacerbant les difficultés, les risques et les obstacles auxquels les personnes en déplacement ont déjà été confrontées pour demander l'asile dans l'UE.

Le 23 février, dans l'enclave nord-africaine de Melilla, la police espagnole avait découvert 41 migrants se cachant dans des camions et des conteneurs à déchets dans l'espoir d'atteindre le continent espagnol et européen, selon le discours. Certains d'entre eux se cachaient entre des bris de bouteilles en verre destinées au recyclage et un homme a été retrouvé inconscient à l'intérieur d'un sac en plastique contenant des cendres hautement toxiques.

Les deux organisations ont souligné que ces incidents rappellent à tous les risques que les migrants sont obligés d'endurer dans leurs tentatives désespérées d'entrer en Europe.

Le discours indique qu'en limitant et en refusant l'accès aux demandeurs d'asile, l'Europe ne parvient pas à respecter non seulement ses obligations internationales mais aussi ses valeurs fondamentales : inclusion, justice, solidarité et non-discrimination. Le discours indique également que ces pratiques sont en contradiction avec la Déclaration de Vienne de 1993 qui réaffirme que toute personne, sans distinction aucune, a le droit de demander l'asile et d'en bénéficier dans d'autres pays.

Les deux organisations ont rappelé l'importance de fournir des voies sûres et légales pour que les demandeurs d'asile puissent atteindre l'Europe, afin de réduire leur besoin de recourir à ces méthodes extrêmement dangereuses.