Genève - L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a appelé à intervenir et à mettre fin aux violentes attaques israéliennes sur la bande de Gaza dans une lettre urgente envoyée aux ministres des affaires étrangères des pnays de l'Union européenne, à la Commission européenne et aux comités parlementaires européens.

Dans cette lettre, Euro-Med Monitor a exprimé sa profonde inquiétude quant à la poursuite de l'attaque violente sur la bande de Gaza, qui a conduit à la mort de dizaines de civils, y compris des femmes et des enfants. Euro-Med Monitor a appelé toutes les parties à travailler à un traitement global des violations, provocations et abus. C'est ce qui a rendu possible l'escalade à Gaza et dans le reste des territoires palestiniens.

 

Euro-Med Monitor a souligné que la position européenne décevante et le fait de se limiter à des condamnations verbales, sans prendre de mesures adéquates contre les graves violations telles que la poursuite des activités de colonisation. Les déplacements de population à Jérusalem, la provocation des sentiments des fidèles palestiniens et le siège continu de Gaza ont conduit à une escalade de la situation sur le terrain, menaçant une explosion globale et des conséquences plus graves.

 

Le président d'Euro-Med Monitor, Ramy Abdu, a déclaré dans la lettre adressée aux responsables européens que "l'escalade fait partie d'un cycle répétitif qui est trop familier aux observateurs et aux organisations des droits de l'homme. Ce cycle commence toujours par le rétablissement d'un statu quo intrinsèquement déstabilisant qui donne la priorité au calme et à la stabilité plutôt qu'au progrès vers la fin des violations israéliennes contre les Palestiniens."

 

Abdu a expliqué qu'Israël a lancé une campagne de bombardements violente et sans précédent depuis l'attaque de 2014 sur la bande de Gaza. Aujourd'hui, les attaques d'Israël incluent des tours résidentielles au centre de la ville de Gaza, des rues et des infrastructures, afin de punir collectivement la population.

 

Abdu a déclaré que durant les trois premiers mois de 2021, Israël a été témoin de la période la moins violente des trois dernières décennies. Il n'y a pas eu de tirs de roquettes depuis la bande de Gaza sous blocus et pratiquement aucune attaque solitaire à travers la Cisjordanie et Jérusalem-Est occupées. Cependant, le gouvernement israélien de Benjamin Netanyahou n'a pas su mettre à profit, encourager ou récompenser cette stabilité et ce calme, par exemple en améliorant la vie des Palestiniens sous son occupation ou en mettant fin aux violations de leurs droits. Il y a vu au contraire une occasion de repousser les limites et d'acculer davantage les Palestiniens dans le coin.

 

Abdu a souligné que le silence de la communauté internationale, y compris la position indécise et négative de l'UE et de ses États membres à l'égard de l'enquête de la CPI sur les crimes de guerre dans les territoires occupés, a contribué à l'escalade par Israël de ses violations des droits des Palestiniens, sans dissuasion.

 

Il a déclaré que les effets de cette position négative se manifestent par l'expulsion d'un plus grand nombre de Palestiniens de leurs maisons à Sheikh Jarrah, par la construction de nouvelles colonies à Givat Hamatos et Har Homa qui rendraient plus impossible une solution à deux États, par l'imposition de restrictions à l'accès des fidèles musulmans à la mosquée al-Aqsa pendant le Ramadan et par l'installation de barrières à la porte de Damas, ou par le maintien du blocus étouffant de Gaza alors que la pandémie la ravage.

 

Il a souligné que l'escalade israélienne officielle a autorisé les colons d'extrême droite en Israël à intensifier leurs attaques racistes contre les Palestiniens, leurs propriétés et leurs terres en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, tandis que le gouvernement israélien n'a pris aucune mesure pour mettre fin à ces attaques croissantes.

 

L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a averti que de tels actes de ciblage délibéré de zones civiles pourraient constituer des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. Si la communauté internationale n'intervient pas de toute urgence, d'autres de ces crimes graves seront probablement commis à Gaza.

 

Euro-Med Monitor a souligné que l'arrêt de l'escalade est crucial pour éviter la perte de vies innocentes et la destruction. Cependant, il prévient en même temps qu'il est suffisant de restaurer la situation déstabilisante existante qui a conduit à cette escalade à la base.

 

Euro-Med Monitor a appelé l'Union Européenne et ses Etats membres à traiter de manière globale les violations, provocations et abus qui ont rendu cette escalade possible. L'UE doit entreprendre des actions concrètes, notamment en adoptant une position claire soutenant l'enquête de la CPI, afin de dissuader les violations israéliennes qui, autrement, menacent d'exacerber les tensions et d'augmenter la probabilité de plus de violence.