Genève - L'Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme a déclaré que les opérations de bombardement aveugle menées par les forces israéliennes avec leurs chars, leur artillerie et leurs navires de guerre en direction de l'est et de l'ouest de la bande de Gaza violent les règles du droit humanitaire international et peuvent constituer des crimes de guerre.

 

Euro-Med Monitor, basé à Genève, a confirmé dans un communiqué de presse vendredi que les opérations de bombardement aveugle menées pendant les 11 jours de l'attaque militaire israélienne violent les normes du droit humanitaire international, notamment en ce qui concerne les principes de distinction, de proportionnalité et de nécessité militaire.

 

Euro-Med Monitor a déclaré que son équipe sur le terrain a documenté la participation de l'artillerie israélienne à des opérations de bombardement aveugle depuis les premiers jours de l'opération israélienne massive à Gaza appelée " Gardien des Murs ". L'opération a commencé le 10 mai 2021 et s'est poursuivie jusqu'à l'annonce d'un cessez-le-feu, qui est entré en vigueur à 2h00 du matin le vendredi 21 mai 2021.

 

Euro-Med Monitor a souligné que ces bombardements terrestres et maritimes, complétés par des milliers de frappes aériennes intenses menées par les avions de guerre israéliens, ont réduit des centaines de maisons en ruines, modifié les caractéristiques de nombreux quartiers et causé des dommages colossaux aux infrastructures.

 

Selon les dernières statistiques du ministère de la santé de la bande de Gaza, l'attaque militaire israélienne sur la bande durant ces 11 jours a causé la mort de 232 Palestiniens, dont 65 enfants, 39 femmes et 17 personnes âgées. Elle a également blessé environ 1900 autres personnes, dont 60 dans un état critique, et infligé des destructions et des dommages à environ 10 000 unités de logement, des centaines d'établissements économiques et des infrastructures.

Selon le suivi d'Euro-Med Monitor, les bombardements ont commencé le jour suivant l'attaque militaire israélienne sur le nord de la bande de Gaza. Les deux jours suivants, ils se sont concentrés sur le village bédouin, causant la mort de nombreux civils et en blessant d'autres. En conséquence, des milliers de personnes ont été déplacées.

 

Selon les témoignages reçus par l'Euro-Med Monitor, pendant plus de 4 heures le jeudi matin 20 mai 2021, l'artillerie israélienne a tiré deux obus par minute sur les zones orientales de la bande de Gaza. Certains de ces obus sont tombés à plusieurs kilomètres de la barrière de séparation et ont provoqué des incendies et des dommages aux maisons et aux installations. Les bombardements se sont également répétés la nuit jusqu'aux heures de l'aube, provoquant de grandes explosions qui ont terrifié la population, en particulier les enfants et les femmes.

 

Euro-Med Monitor indique que les forces israéliennes utilisent des munitions multiples dans les bombardements d'artillerie, dont certaines sont tirées par des chars ou des pièces d'artillerie stationnés à l'intérieur de la barrière de séparation et sur des bateaux de mer. En outre, certains de ces obus ont une capacité de destruction massive qui pénètre le béton armé et explose à l'intérieur des maisons résidentielles. D'autres bombes fumigènes produisent un nuage de fumée blanche qui a une odeur nocive et provoque des congestions, des démangeaisons des yeux et des difficultés respiratoires.

 

Euro-Med Monitor a confirmé que les différents obus d'artillerie utilisés par les forces israéliennes visent à infliger des dommages et une intimidation psychologique aux civils par les fortes explosions qui en résultent. Ces attaques n'ont pas cessé et se sont poursuivies pour la plupart tout au long de l'attaque militaire.

 

Euro-Med Monitor a indiqué que les opérations de bombardement indiscriminées ont impliqué et entraîné plusieurs violations graves, notamment les suivantes :

 

 

Meurtres et blessures :

 

Euro-Med Monitor a documenté que les frappes d'artillerie ont causé de nombreux décès et blessures parmi les civils palestiniens. Par exemple, le jeudi 13 mai 2021, des obus d'artillerie ont tué l'agriculteur Suhaib Abdul Rahim Awad Ghanem, 25 ans, et blessé l'agriculteur Yahya Mansour Ghaben, 24 ans, alors qu'ils travaillaient sur des terres agricoles dans le nord de Gaza.

 

Euro-Med Monitor a également documenté le bombardement par l'artillerie israélienne de plusieurs zones dans le nord de la bande de Gaza le même jour. L'attaque systématique a tué six Palestiniens, dont un bébé, une fille mineure et trois femmes. Elle a également blessé 25 autres personnes, dont des enfants et des femmes. Tous sont des résidents du village d'Umm al-Nasr. Les morts sont : Nisreen Nasser Abu Qleiq, 25 ans ; Naama Saleh Salama Ayyash, 47 ans ; Hashem Muhammad Ayed al-Zughaib, 20 ans ; Sabreen Nasser Muhammad Abu Daiya, 27 ans ; le bébé Muhammad Salama Muhammad Abu Daiya, âgé de dix mois ; et Fawzia Nasser Muhammad Abu Faris, 17 ans.

 

Euro-Med Monitor a documenté d'autres incidents où des obus d'artillerie sont tombés sur des maisons palestiniennes, ont pénétré dans des plafonds en béton et ont causé de multiples blessures, incendies et dommages. Ces incidents se sont répétés dans les régions orientales de la bande de Gaza.

 

 

Abus psychologique :

 

Selon le suivi d'Euro-Med Monitor, les dommages causés par l'usage intensif des obus d'artillerie ne se sont pas limités à des dommages directs mais ont également provoqué un effet psychologique sévère, en particulier pour les femmes et les enfants. L'équipe d'Euro-Med Monitor a reçu des témoignages sur la souffrance des parents face à leurs enfants pendant les bombardements intenses et continus. Cela provoque un état de grande panique, de tension, de cris, de privation de sommeil, d'insomnie et d'autres effets néfastes.

 

Destruction de biens et d'installations civils :

 

Suite au bombardement de l'artillerie israélienne, plusieurs obus sont tombés sur des usines et des installations, y compris neuf usines et entreprises opérant dans la zone industrielle à l'est de la ville de Gaza, ce qui a entraîné d'importants dommages et destructions. Ce niveau de ciblage constitue une violation flagrante de la protection de la zone conformément aux accords internationaux en la matière.

 

Les tirs d'artillerie israéliens du jeudi 20 mai au soir ont provoqué la destruction totale ou partielle de 13 usines de la zone industrielle, dont l'usine Siskik, l'usine CocaCola, l'usine Dalloul et d'autres usines de bois et de produits de nettoyage. Les produits en plastique et en bois ont augmenté les flammes causées par les bombardements, ce qui a compliqué les efforts pour les éteindre, et cela a duré des heures et des heures.

 

Euro-Med Monitor a également documenté le ciblage de l'usine d'Abu Iskandar, qui fabrique des plastiques, les obus d'artillerie ont provoqué des incendies à l'intérieur pour prendre des tonnes de produits et de matières premières plastiques à l'aube du mardi 18 mai.

 

Le lundi 17 mai, l'artillerie israélienne a pris pour cible l'usine d'éponges Fomco, à l'est de Jabalia, ce qui a provoqué un incendie massif dans l'usine et détruit de nombreuses installations.

 

Dans la soirée du jeudi 20 mai, des tirs d'artillerie ont mis le feu à plusieurs usines de la zone industrielle de l'est de Gaza.

 

Déplacements forcés :

 

Des milliers de personnes ont été contraintes de fuir leurs maisons dans l'est de la bande de Gaza en raison des violents et continus tirs d'artillerie et de leurs odeurs nocives. Le déplacement a commencé le 13 mai 2021, avec l'expulsion d'environ 10 000 citoyens lorsque les bombardements violents ont commencé sur le village bédouin au nord de la bande. Le rythme du déplacement s'est accéléré avec l'intensification des bombardements dans toutes les régions orientales de la bande. Le déplacement a atteint son point culminant le 15 mai, qui coïncidait avec le 73e anniversaire de la catastrophe palestinienne. Par la suite, le nombre de personnes déplacées de force est passé à plus de 80 000. Près de 50 mille étaient dans des abris (écoles de l'UNRWA) où ils vivent dans des conditions difficiles et sans soutien adéquat.

 

A la lumière de ces données, Euro-Med Monitor a souligné que l'utilisation par les forces israéliennes de missiles hautement destructeurs et imprécis dans des zones densément peuplées et sans discernement viole le principe de distinction qui oblige les troupes combattantes à faire la distinction entre les civils et les combattants, ce qui s'étend aux objets civils. Les autorités israéliennes sont tenues d'éviter de cibler les civils, les usines et les maisons sans aucune nécessité militaire.

 

Euro-Med Monitor souligne que l'utilisation indiscriminée d'obus d'artillerie par les forces israéliennes contre la population palestinienne densément peuplée constitue un crime de guerre. Euro-Med demande à la Cour pénale internationale d'inclure ces violations dans son enquête sur les crimes de guerre commis dans les territoires palestiniens occupés.

Euro-Med Monitor a appelé la communauté internationale à prendre des mesures urgentes pour assurer la responsabilité d'Israël, la justice pour les victimes palestiniennes, et fournir des mécanismes permanents pour protéger les civils palestiniens de la machine de guerre israélienne dévastatrice.

 

Euro-Med Monitor a également appelé à une levée immédiate du blocus israélien sur la bande de Gaza et à un travail rapide pour reconstruire les maisons, les installations et les infrastructures détruites par l'attaque israélienne.