Le mois de juillet a été marqué par de tragiques violations des droits de l'homme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA), qui ont menacé la vie de civils innocents et restreint les libertés publiques des individus, des institutions et du travail journalistique.

 

Les autorités marocaines, par exemple, ont continué à réprimer les journalistes et les militants et ont condamné trois personnes à plusieurs années d'emprisonnement.

 

En Syrie, les forces gouvernementales ont imposé un siège à Daraa al-Balad, menaçant d'affamer des milliers de civils syriens.

 

En Irak, des incendies se sont reproduits dans les hôpitaux publics, un incendie à l'hôpital Al-Hussein causant la mort de plus de 85 Irakiens.

 

En Tunisie, le président Kais Saied a annoncé la dissolution du gouvernement et la suspension du parlement, dans une claire atteinte à la démocratie et au droit du peuple tunisien à choisir ses représentants.

 

Néanmoins, malgré ces violations continues, il est primordial de reconnaître les petits pas qui, à long terme, apporteront des améliorations considérables vers la fin des abus et la réparation des victimes.

 

En juillet, notre équipe a travaillé aux côtés des organisations partenaires pour apporter un réel changement dans la cessation des violations et des attaques contre les libertés fondamentales, tant dans la région MENA qu'en Europe. Aujourd'hui, à notre grande joie, nous pouvons vous communiquer d'excellentes nouvelles concernant ces réalisations.

 

Arabie Saoudite:

Le 9 juillet, les autorités saoudiennes ont libéré l'économiste saoudien Abdul Aziz Al-Dakhil, après l'avoir arrêté en avril 2020 pour avoir exercé son droit à la liberté d'expression sur les plateformes de réseaux sociaux.

Euro-Med Monitor avait mené une campagne de pression et de plaidoyer à grande échelle, en partenariat avec des défenseurs des droits de l'homme et des universitaires, pour mettre en lumière cette affaire et inciter les autorités saoudiennes à le libérer. La campagne comprenait plusieurs activités, dont l'envoi d'une lettre, signée par environ 23 éminents universitaires du monde entier, aux autorités saoudiennes, et l'organisation d'un webinaire où des experts en droits de l'homme de différents pays ont discuté des conditions de détention d'Al-Dakhil et de la légalité de son arrestation.

Communiqué de presse - Lettre

Communiqué de presse - Séminaire

 

Irak:

Le 24 juillet, le Premier Ministre irakien Mustafa al-Kadhimi a annoncé l'arrestation des auteurs de l'attentat suicide à Sadr City, à l'est de Bagdad, qui a tué 30 personnes et en a blessé plus de 50 autres.

Depuis l'incident, Euro-Med Monitor, en collaboration avec des organisations partenaires, a demandé aux autorités irakiennes d'ouvrir une enquête immédiate et sérieuse afin d'appréhender les auteurs et de les tenir pour responsables, ce qui constitue un pas important vers la réalisation de la justice et la fin de l'état d'impunité.

 

France:

Le 30 juillet, les autorités françaises ont transféré environ 400 migrants, dont des familles et des mineurs non accompagnés, d'un camp situé Place Vosges, dans le centre de Paris, vers des centres d'hébergement, 24 heures seulement après l'établissement du camp.

Avec d'autres organisations des droits de l'homme, Euro-Med Monitor s'est adressé aux pays de l'Union européenne pour souligner les conditions difficiles vécues par les demandeurs d'asile. Ces pays ont été exhortés à améliorer les conditions des demandeurs d'asile, en particulier ceux qui vivent dans des camps et des centres d'accueil surpeuplés et impropres à une vie décente, à accueillir davantage de demandeurs d'asile et à répartir les charges entre eux.

 

Yémen:

Le gouvernement yéménite a annoncé le 24 juillet qu'il avait mis fin à l'évacuation de près de 600 Yéménites qui avaient été bloqués en Inde en raison de l'épidémie de COVID-19.

Au cours des derniers mois, Euro-Med Monitor s'est adressé aux autorités indiennes et yéménites concernées pour qu'elles trouvent rapidement une solution au problème des Yéménites bloqués en Inde, en particulier à la lumière des conditions difficiles du conflit militaire que connaît le Yémen.

Avec nos partenaires, notre équipe a intensifié ses efforts pour mettre en lumière la question et révéler les difficultés que rencontrent les Yéménites, en particulier à la lumière de la guerre en cours et de l'impossibilité pour beaucoup d'entre eux de retourner dans leur pays.

Communiqué de presse à ce sujet