Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les violations des droits de l'homme se sont multipliées depuis le début de la dernière décennie. Les populations sont descendues dans la rue pour protester contre les conditions politiques et économiques désastreuses, et des conflits armés ont ravagé certains pays. Les gouvernements de la région ont utilisé des tactiques violentes pour mater et faire taire les voix dissidentes et ont systématiquement pris pour cible les militants politiques et les journalistes.

En mai 2022, les régimes répressifs ont continué à prendre pour cible des militants et des journalistes pacifiques, à réprimer les manifestations populaires et à restreindre les libertés publiques. En Europe de l'Est, le conflit militaire russo-ukrainien a coûté la vie à des centaines de civils et provoqué le déplacement de millions d'Ukrainiens vers les pays voisins. La crise a mis en évidence la discrimination et les doubles standards des politiciens, fonctionnaires, journalistes et célébrités européens, qui ont appelé à accueillir les réfugiés ukrainiens parce qu'ils partagent leur ethnie, leur couleur et leur religion, contrairement aux demandeurs d'asile et aux migrants des régions hors d'Europe.

En mai 2022, notre équipe a travaillé aux côtés d'organisations partenaires et de dizaines d'organisations régionales et internationales pour générer un véritable changement en parlant aux décideurs des pratiques et des méthodologies qui devraient être abordées, réformées ou abolies. Nous avons également exploité le pouvoir des médias sociaux pour engager virtuellement le public sur des questions qui affectent leurs droits individuels ainsi que la dignité humaine dans son ensemble.

Voici les résultats les plus significatifs de ces efforts :

  • Soudan

L'autorité de facto lève l'état d'urgence et libère des dizaines de détenus politiques.

Depuis le coup d'état militaire d'octobre au Soudan, Euro-Med Monitor et d'autres organisations de défense des droits de l'homme ont documenté la violation des droits des Soudanais par l'armée de facto, et ont appelé à la levée de l'état d'urgence et à l'annulation de toutes les mesures illégales mises en œuvre par l'armée soudanaise, notamment l'imposition de l'état d'urgence et l'arrestation de dizaines d'opposants politiques.

[Soudan: La prise du pouvoir militaire brise la voie démocratique et menace d'un retour du régime autoritaire].

  • Yémen

- Le premier vol commercial de l'aéroport international de Sanaa décolle après six ans d'arrêt en raison du conflit.

- Un premier accord a été conclu entre le gouvernement yéménite et le groupe Houthi pour ouvrir des routes et des points de passage à Taiz et dans d'autres gouvernorats.

Au cours des années du conflit, Euro-Med Monitor, ainsi que d'autres organisations de défense des droits de l'homme, a adressé aux différentes parties au Yémen la nécessité de mettre fin à toutes les formes de punition collective contre les civils, de les éloigner de toutes les actions militaires, et de permettre aux opérations de réponse humanitaire de fonctionner normalement.

[Yémen : Mettre fin au siège de Taiz est une priorité humanitaire urgente].

  • Syrie

Le régime syrien libère des centaines de prisonniers, dont certains ont passé environ 10 ans en prison, dans le cadre d'une amnistie présidentielle.

Au fil des ans, Euro-Med Monitor et un grand nombre d'organisations de défense des droits de l'homme ont documenté les violations horribles que subissent les détenus à l'intérieur des prisons du régime syrien. Tous ont appelé toutes les parties concernées à exercer une pression maximale sur le régime pour libérer tous les prisonniers de conscience et mettre fin aux violations des droits de l'homme.

[L'exécution et la torture à mort pourraient être le sort des milliers de personnes disparues dans les prisons syriennes].

  • Bahreïn

Le 11 mai, les autorités bahreïnies ont libéré le prisonnier d'opinion Ahmed Jaber Reda en raison de sa maladie. Il avait contracté la tuberculose à la prison centrale de Juw après avoir purgé environ quatre ans de sa peine de dix ans, selon sa famille.

Au cours des dernières années, Euro-Med Monitor et d'autres organisations de défense des droits de l'homme ont documenté les violations commises à l'encontre des prisonniers de conscience dans les prisons de Bahreïn, et ont mis en œuvre de nombreuses campagnes de pression visant à pousser les autorités à fournir des soins de santé aux détenus malades, et à libérer tous les prisonniers de conscience dans le Royaume.

[Bahreïn : Les mesures punitives contre le détenu Abdulhadi Al-Khawaja équivalent à une mort lente].