Des dizaines de casde femmes de la bande de Gaza ciblées pendant l’Opération « Bordure Protectrice”, ont été documentés dans un nouveau rapport publié par Euro-Mid Observer for Human Rights. Le rapport “Ecraser les Fleurs” a révélé que 489 femmes ont été tuées (22.7 % du nombre total de victimes), et 3537 autres blessées (31.5 % du nombre total de blessés) pendant l’assaut israélien sur la bande de Gaza entre le 8 Juillet et le 26 Août 2014.

« Il ressort clairement des preuves que nous avons collectées, dont de nombreux témoignages, qu’aucune méthode efficace n’a été prise par les troupes israéliennes pour éviter les victimes civiles, y compris les femmes et les jeunes filles, et qu’il y a eu un usage excessif de la force, » a déclaré Rami Abdu, présidentd'Euro-Mid. « Par ailleurs, beaucoup d’autres femmes doivent maintenant faire face à des troubles et des traumatismes suite à la perte de leurs proches. »

Le rapport de 30 pages développe également 100 cas de femmes enceintes dont l’état de santé a été directement affecté par l’attaque, du fait qu’Israel n’a pas protégé les civils ni ouvert des couloirs de sécurité pour transporter les blessés vers les hôpitaux, en violation flagrante de la quatrième Convention de Genève. 

En outre, environ 23,184 personnes déplacées, parmi lesquelles 11,314 femmes et filles, sont actuellement dans des écoles gérées par les Nations Unies, servant d’abris pour les familles dont les maisons ont été complètement détruites ou gravement endommagées.

« Les femmes endurent des conditions de vie trop cruelles et inhumaines dans ces abris qui n’assurent même pas les besoins vitaux essentiels. De plus, beaucoup de femmes souffrent de dépression et de stress dans ces écoles qui ne leur permettent pas un minimum d’intimité » a affirmé Rami Abdu.

Les attaques israéliennes décritesdans le rapport violent les Conventions de Genève ( notamment l'article 76 du premier Protocole additionnel, qui énonce que «les femmes doivent faire l'objet d'un respect particulier») et la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes ", a expliqué Ihsan Adel, conseiller juridique d'Euro-Mid.

Euro-Mid a appelé à l'ouverture d'une enquête sérieuse sur les incidents et demandé aux autorités israéliennes de respecter les règles du droit international et, en particulier, celles concernant la protection des femmes pendant les conflits armés, et de traduire en justice les responsables des violations des droits humains.