L’Observatoire Euro-Mid pour les droits de l’Homme a annoncé que, depuis le début de l’année, il y a eu une importante augmentation du nombre de migrants tentant d’atteindre l’Europe en traversant la Mer Méditerranée, de même qu’une augmentation du nombre de personnes noyées. L’Observatoire Euro-Mid tient l’Union européenne pour responsable de cette tragédie humaine du fait de son manque d’action pour renforcer les dispositions légales permettant aux réfugiés d’atteindre l’Europe et de leur assurer un accueil adéquat, ce qui sauverait les vies de centaines de réfugiés et de migrants qui embarquent pour des traversées dangereuses.

Dans ce rapport réalisé le 15 Mars 2015, l’Observatoire Euro-Mid a relevé que le nombre de migrants ayant atteint l’Italie dans ce début d’année a dépassé les 8500, avec une moyenne de 116 migrants par jour atteignant l’Italie, ce qui représente le double des chiffres correspondant à la même période en 2014. Sur ce total, au moins 2200 migrants sont des réfugiés syriens et palestiniens fuyant la Syrie.

Le rapport démontre que la majorité des migrants débarquant en Italie sont partis depuis la Libye, une route périlleuse très utilisée par les migrants tentant de rejoindre l’Europe dont profitent les passeurs du fait de l’insécurité et de l’absence de contrôle causés par le conflit continu qui touche la Libye depuis 2011. De plus, le manque de coopération entre les Etats de l’Union européenne sur la question et la réduction significative des opérations de sauvetages par l’Italie, Malte et la Grèce ont conduit à une aggravation de la situation et une augmentation du nombre de victimes.

En février 2015, plus de 300 migrants se sont noyés après le naufrage de leurs embarcations surchargées en Méditerranée. Ces tragédies humaines continueront de se produire aussi longtemps que ceux qui cherchent la sécurité sont laissés à la merci de la mer. L’Union Européenne est également responsable parce que l’Italie a mis fin à son opération appelée Mare Nostrum, une large mission de recherche et de sauvetage qui a fonctionné seulement pendant une année en raison de son coût élevé et de divergences politiques. L’Union Européenne mène actuellement une opération de surveillance aux frontières, appelée Triton, qui a une portée limitée puisqu’elle se concentre uniquement sur les côtes européennes proches, et qui donc ne lui permet pas de respecter ses engagements internationaux et régionaux, démontrant également le peu de solidarité avec les populations affectées dans les autres régions.

Par conséquent, l’Observatoire Euro-Mid pour les droits de l’Homme appelle l’Union Européenne à revoir ses politiques relatives à l’opération Mare Nostrum, et le Conseil de Sécurité à convoquer une réunion sur la crise des réfugiés qui constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales. C’est de la responsabilité de la Communauté internationale de trouver des solutions concrètes, notamment des politiques d’asile justes et humaines et des procédures d’accueil adéquates, à ces personnes qui se noient en mer juste parce qu’elles recherchent la sécurité. La Communauté internationale doit également prendre les mesures nécessaires pour assurer la protection des réfugiés fuyant les conflits, telles que trouver une solution pour mettre fin au conflit syrien qui dure depuis plus de quatre ans.